armance.overblog.com

Armance, femme, médecin (et mère) de famille

Cher Père Noël,

com

Mes enfants avaient pour habitude de punaiser sur un mur une liste de cadeaux attendus, maintenant, ils me l'envoient par SMS, et bien je vais me fendre d'un billet de blog.

Alors voilà, en ces temps de conflits et de grèves, chacun y va de son écurie syndicale et de son commentaire. Comme je suis utopiste ascendant nanar, je n'ai jamais réussi à prendre une quelconque carte dans une quelconque organisation politique. Mais comme j'aime mon métier et que je trouve de plus en plus difficile de bien l'exercer, je me fends d'une liste de choses qui me feraient plaisir pour les jours à venir, et plus tard aussi.

D'abord, j'aimerais pouvoir consacrer du temps à mes patients sans avoir de pression. J'aimerais pouvoir prendre plus de temps avec les patients compliqués, et décider moi-même de ce qui est prioritaire. Pour ça, Père Noël, ce serait bien que tu dises à tes journalistes que recevoir en consultation des gens qui ont la gastro la veille du réveillon n'est pas un enjeu de santé publique du tout. J'ai ouvert mon cabinet aujourd'hui, et j'ai été très contente de recevoir Monsieur QuatrePathologiesEtUneInfectionSévère, d'aller chez Madame InsuffisanceCardioRespiratoire qui avait les doigts bleus, et revoir le petit PneumopathiePasBienTolérée. Beaucoup d'autres patients m'ont demandé de faire ce qui était en mon pouvoir pour préserver leur réveillon plutôt que leur santé. Je ne crois pas que mon rôle soit de sauver les soirées en famille.

Mais on se sent bien amers lorsque même nos députés mettent en question notre compétence et notre conscience professionnelle, comme vous pouvez le lire ici, tout en criant haro sur le désert médical. Il nous arrive d'attendre un peu plus de considération de la part de certains patients, surtout lorsque nous assurons volontairement des gardes en plus de l'activité du cabinet, mais si celle des dirigeants est aussi réduite, autant rendre mon tablier ou partir m'installer vers d'autres horizons.

Pour que les patients puissent bien être pris en charge et être responsabilisés, c'est-à-dire acteurs de leurs soins (et pas forcément payeurs, car en langage-sécu, "responsabiliser" revient souvent à "faire mettre la main à la poche"), ce serait bien, Père Noël, de m'aider à les informer. Les jeunes apprennent au collège comment fonctionne leur système judiciaire, mais ils en sortent sans rien connaître de leur système de santé. Beaucoup de mes patients ne connaissent pas ses rouages, ne savent pas qu'il y a bien des médecins de garde mais qu'il faut composer le 15 pour les joindre par l'intermédiaire du régulateur, ne connaissent pas la différence entre un hôpital et une clinique, ne savent pas ce qu'est une mutuelle, ne savent pas ce qu'est une sage-femme ni ce qu'elle sait faire. Ils ont une éducation sanitaire réduite. Faire prendre une température à un adulte et faire comprendre ne quoi ça peut aider à prendre une décision devient un exploit. Plus je peux faire des consultations longues, plus je peux prendre de temps pour expliquer les choses aux patients, et moins ils viennent souvent. Malheureusement, notre système de paiement à l'acte à tarif unique est très propice au clientélisme.

C'est bien beau de dire aux patients que les antibiotiques ne sont pas automatiques, mais on pourrait commencer par les fondamentaux. Il serait bon de clarifier que nous seuls tenons notre stylo pour faire des prescriptions, et non pas les patients, ni les familles des patients, ni les voisins des patients, ni les laboratoires pharmaceutiques qui leur soufflent parfois dans le cornet via la presse grand public le détail de l'ordonnance attendue.

A ce titre, Père Noël, si tu pouvais éloigner les représentants des laboratoires le plus possible des personnes qui se préoccupent de la formation initiale et de la formation continue des médecins, ils y gagneraient en esprit critique, et les patients y gagneraient en sécurité. J'ose même pas te demander de les éloigner de nos instances dirigeantes, et pourtant il faudrait commencer par là.

D'ailleurs, c'est vraiment dommage que les crédits alloués à la formation continue soient encore diminués cette année. Moi, j'aimais bien faire une pause dans mes consultations pour aller en formation avec d'autres médecins, sans avoir un représentant des labos Trucmuche pour me tendre des chocolatines ou des stylos.

Et en parlant de formation, si les universitaires pouvaient se renseigner sur comment on bosse, et considérer le choix de notre spécialité comme un acte délibéré et pas un échec, si la formation des jeunes généralistes s'émancipait des murs des services ultra-spécialisés des CHU, les jeunes générations seraient peut-être plus nombreuses et plus motivées à venir nous rejoindre dans nos cabinets et maisons de santé.

Tu pourrais aussi leur rappeler que nous ne sommes pas leurs secrétaires. Comme pivot du système de soin, on nous confie certaines tâches administratives, mais pas toutes. Il faudrait retirer de leur répertoire la phrase "pour l'arrêt de travail/le bon de transport, voyez avec votre médecin traitant", ça évitera aux patients de faire la balle de ping-pong d'un secrétariat à l'autre.

Il faut dire, Père Noël, que j'ai souvent envie de céder à la facilité. Sans jalousie envers les autres professions, j'aimerais pouvoir avoir des journées plus courtes. Je ne veux pas chiffrer, mais franchement, sortir du taf de jour, et me payer de temps en temps le luxe de finir à une heure où les magasins sont encore ouverts, j'aimerais bien voir comment ça fait.

C'est vrai, Père Noël, que parler d'argent avec les patients en fin de consultation, ça m'a toujours gonflé. J'ai l'impression de réclamer. J'ai été élevée comme ça: "on ne réclame pas", mais je dois le faire. Ton idée de tiers-payant, c'est pas mal, je n'aurai plus besoin de le faire! Ca pourrait être bien, mais je crains que le système ne soit pas tout à fait prêt. Autant pour les patients qui ont la CMU, ça marche très bien, autant pour les patients qui sont en accident du travail, avec certaines caisses, ça marche très mal. Alors je m'inquiète, surtout que je vois passer régulièrement des erreurs. Pas des grosses, mais souvent. Par exemple, cette semaine, une caisse m'a réglé des actes que mon associé avait faits auprès de patients que je ne suivais pas. Une mutuelle m'a remboursé sa part sur une visite qu'une patiente m'avait réglée. Alors il faut que je reprenne tout ça, que j'appelle la patiente, que je lui fasse un chèque, et un à mon associé, aussi, et que je corrige tout ça dans la comptabilité...

Donc si tu pouvais m'offrir dans un gros paquet cadeau un guichet unique qui s'occupe de ça, tout le monde serait content, les patients autant que moi. Mais je sais qu'avec les mutuelles qui tournent autour de toi et qui ont de grands projets, ça risque d'être tendu.

D'ailleurs, Père Noël, tu pourrais aussi simplifier tout le travail administratif qu'on se cogne tous les jours et qui fait partie de notre boulot.

Tu sais, Madame Alzheimer ne risque pas d'aller mieux, alors c'est un peu énervant de devoir renouveler son dossier de prise en charge en Affection de Longue Durée tous les trois ans. C'est pareil pour Madame Paraplégique qui ne sortira jamais de son fauteuil roulant, et Monsieur InfarctusDuMyocarde dont certaines artères sont définitivement bouchées. Et pourtant, je sais bien que c'est pas toujours long à remplir, un dossier d'ALD, mais au bout du compte, on passe du temps pour quelque chose de parfaitement inutile. Et si on ne le fait pas, ce sont les patients qui en pâtissent.

Et pour nous faciliter la vie, tu pourrais offrir à certains services hospitaliers des lignes de téléphone et des secrétaires. On pourrait appeler et avoir quelqu'un qui décroche du premier coup, avoir des nouvelles des patients avant et au moment de leur sortie d'hospitalisation, pour pouvoir bien prendre le relai à leur retour chez eux. On pourrait joindre facilement les médecins hospitaliers, et quand ils voudraient nous faire un courrier pour transmettre les informations pour un patient, le courrier ou les transmissions pourraient être tapés et envoyés le jour-même. On pourrait presque imaginer du travail... en équipe! Et on pourrait rêver: finies les sorties-surprise des patients de l'hôpital le vendredi soir pour "libérer des lits" que l'on découvre par l'appel téléphonique affolé de la famille qui cherche une infirmière libérale, un kinésithérapeute, un lit électrique, et qui s'aperçoit que le déambulateur ou le fauteuil roulant ne passe pas la porte des toilettes...

J'ai encore plein de trucs à te demander, mais on va dire que tout ça, ce serait déjà pas mal.

J'ai pas voulu faire grève pour te le demander. Je trouve que ça sert pas à grand chose de fermer mon cabinet pour faire venir mes cadeaux, et puis j'avais des scrupules pour quelques patients dont je t'ai parlé plus haut. On avait commencé de les soigner en fin de semaine dernière, alors je voulais finir le taf avec eux.

Nous n'avons jamais été des experts en communication-grand-public, j'en ai déjà évoqué quelques explications ici, mais la presse a relayé cette grève de façon un peu simpliste: "les médecins veulent être payés plus", "les médecins ne veulent pas du tiers-payant". Donc il semblerait que les médecins fassent grève à Noël en demandant que les patients continuent à les payer, mais plus cher! Je doute que le message soit facile à faire passer...

Je ne me suis pas reconnue là-dedans, c'est aussi pour ça que je n'ai pas fermé mon cabinet.

Alors voilà, je te livre comme ça ma liste, elle est aussi bordélique que celles que j'ai reçues des différents syndicats, il y aurait tant à faire pour que les choses fonctionnent mieux.

Je me laisse le jour de noël pour y croire et regarder la magie opérer.

Je retournerai à mon cabinet le lendemain, mais j'ai la certitude que tout y sera en place et que rien n'aura vraiment changé.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Daddydan 10/02/2015 14:32

l m'est venu à l'idée le regret de n'avoir pas fait Médecine!
A te lire douce armance, ce regret a fuit... Quel dommage de ne pouvoir consacrer à son métier l'essentiel de son temps et de voir celui-ci amputé par des taches connexes. Allez, courage, il ne te reste plus que 25 ou 26 ans à tirer!
Très chaleureusement...

jcledoc 09/01/2015 22:11

article sympa :)

Chant des Corbières 05/01/2015 19:13

c'est entendu ,je t'envoie tout cela pour cette année...mais laquelle...j'ai oublié !
en cadeau bonus ,séjour ressource en Corbières ? Bons voeux ...

Mac 28/12/2014 11:27

Bonjour ! En effet, la vision sommaire des medias face à la greve des medecins m'a fait penser a ce gag de Peanuts : http://i.imgur.com/efVwaHw.jpg

tl 25/12/2014 19:50

la magie n'opérera pas: le guichet unique, c'est seulement pour les enfants :-).

equi 25/12/2014 10:16

Bonnes fêtes et bons vœux