armance.overblog.com

Armance, femme, médecin (et mère) de famille

Ni oui ni non, bien au contraire.

com

-Docteur, vous pouvez me marquer la pilule, aussi? Et comment ça se fait qu'à chaque fois, on ne me fait des ordonnances que pour trois mois?

Deux questions arrivent en fin de consultation pour un motif qui n'a rien à voir, les deux cachant plus une injonction qu'une interrogation: "du temps qu'on y est, faites-moi une ordonnance de contraceptif mais pour un an".

Que vais-je répondre d'emblée?

Oui, tout de suite, après tout, je suis là pour aider les patientes, la pilule, c'est rien, tout le monde en prend, et puis c'est bon, on a fait assez de trucs comme ça pour aujourd'hui, j'ai du monde qui attend derrière... ?

Non, il faut pas déconner, je ne suis pas un distributeur à ordonnances, vous n'avez qu'à prévoir avec votre gynéco, et s'il vous fait revenir tous les trois mois pour ça, c'est que c'est un escroc... ?

Oui mais...

La contraception m'intéresse en tant que généraliste, ça fait partie de mon job, je sais que les femmes ne pensent pas assez aux sages-femmes pour ça, et que les délais de consultation sont trop longs chez les gynécologues.

Puis-je prescrire la pilule? Assurément oui.

Puis-je prescrire la pilule pour plus de trois mois? Oui, je fais des ordonnances d'un an.

Puis-je prescrire la pilule pour un an sans consultation dédiée préalable? Non, c'est d'ailleurs pour ça qu'elles ne sont pas en vente libre.

Alors, pour répondre à toutes les questions, passons à la seconde.

D'abord, qui a fait à cette patiente des ordonnances de trois mois?

- Ben... C'était ici...

Grâce aux merveilles de l'informatique qui fonctionne, je retrouve des ordonnances, non rattachées à des consultations.

- Je téléphone, et on me fait des ordonnances de 3 mois.

Oui, car la prescription de contraceptif nécessite quelques précautions et informations, j'estime donc qu'elle nécessite une consultation par an, pas plus, pas moins. D'ailleurs, les réglementations vont également dans ce sens. Alors on a fait jusqu'ici des ordonnances de dépannage, en attendant que la patiente s'organise pour consulter spécifiquement pour ça.

Donc, pour répondre en substance aux deux questions de la patiente: non, je ne prescris pas au claquement de doigts des patients car j'engage leur sécurité et ma responsabilité lorsque je signe une ordonnance, oui, je prescris des contraceptifs, mais après une consultation préalable, et oui, j'ai fait jusqu'ici des ordonnances courtes car je n'avais pu réunir les conditions pour en faire une longue.

Il m'a fallu quelques années pour en arriver là, car pendant toute ma formation, j'ai surtout appris à dire OUI à tout sans réfléchir, et même parfois à dire OUI aux choses les plus absurdes.

Ca commence en première année.

-M'sieur! Eh M'sieur! Vos trucs, là, les acides aminés essentiels, je veux bien que ça soit important, mais ça va vraiment nous servir de les apprendre tous par leurs noms et leurs structures moléculaires? Parce qu'à ce rythme là, c'est pas neuf ans qu'il nous faudra pour apprendre à soigner des gens!

-Mais vous ne vous en rendez pas encore compte, c'est très important! Surtout si un jour vous devenez comme moi chercheur en biochimie...

-Mais M'sieur! On est presque six cents dans cet amphi, il n'y en aura que soixante qui pourront un jour apprendre la suite, et sur ces soixante, il y en a pas beaucoup qui feront de la recherche en biochimie, sans vouloir vous vexer.

-Oui, mais bon, il faut aussi voir que le gros du programme, vous l'avez tous à peu près bûché, alors il faut bien qu'on trouve un truc pour départager le soixantième qui aura le droit de devenir médecin du soixante et unième qu'on va laisser sur le banc de touche.

-Mais M'sieur, c'est complètement con de nous départager sur un truc aussi inutile! Et si on veut pas, si on dit NON?

-Ben vous n'aurez jamais votre concours, et vous ne serez jamais médecin.

-Bon... Ben OUI, alors...

Ca continue pendant les premiers stages de sémiologie:

-Eh M'sieur! M'sieur! Pourquoi on va pas voir les patients? On nous a dit qu'on allait apprendre la clinique, les voir, parler avec eux, apprendre à les examiner, et on se retrouve dans le bureau dans une blouse blanche à parler avec vous!

-Oui, mais ici, vous êtes dans un service d'ENDOCRINOLOGIE, et le stage a lieu après les cours, de dix-sept à dix-neuf heures.

-Ben oui, et alors?

-On vient de faire les insulines, et ON NE DERANGE PAS UN DIABETIQUE QUI MANGE.

-Et on ne peut pas venir à un autre moment?

-C'est pas prévu par l'administration.

-Et si on s'arrange autrement?

-On ne validera pas votre stage, et il faudra le refaire.

-Bon... Ben oui, alors...

Et ça devient du quotidien pendant l'externat:

-Eh M'sieur! M'sieur! Au lieu de passer la matinée à faire des ECG qu'on ne sait pas lire et à classer des examens complémentaires dans des dossiers, on pourrait pas aller, je sais pas, moi, au bloc, voir comment ça marche, comment on fait les opérations, les anesthésies, tout ça...

-Il faut que la totalité de votre mission soit accomplie! On vous a demandé de tenir des dossiers au carré!

-Et si on veut pas?

-On ne pourra pas valider votre stage...

-Bon, ben oui, alors...

Ma maigre victoire de graine de rebelle, dans ce stage a été de refuser le nourrissage quotidien des poissons de l'aquarium de la salle d'attente en échappant à des représailles.

-Eh M'sieur! M'sieur! Et si, au lieu de venir faire huit gardes de vingt-quatre heures aux urgences, qu'au bout de douze heures on n'en peut plus et on devient complètement cons, on venait faire vingt-quatre tranches de huit heures? On serait peut-être moins déconnectés, plus utiles et on pourrait apprendre des choses...

-Ah mais c'est pas possible, pour bonne et simple raison qu'on a toujours fait comme ça...

-Et si on ne veut pas?

-Votre validation...

-Bon, ben oui, alors...

-Eh M'sieur! M'sieur! On est vraiment obligés de rentrer à treize dans les chambres des patients pour la visite? On est serrés, on n'entend rien, et les pauvres, ils sont tout recroquevillés sous leurs draps, on dirait qu'ils ont la peur au ventre quand on raconte toute leur vie et qu'on parle d'eux devant eux avec notre jargon. C'est pas humain!

-C'est de la médecine interne, il faut bien faire de l'enseignement "au lit du malade"...

-Et si je ne veux pas participer à la mascarade?

-Vous ne vous intéressez donc pas à la médecine? Vous ne méritez pas vos études. On peut ne pas vous valider...

-Bon, ben oui, alors...

Après un si bon formatage, l'internat coule de source:

-Eh M'dame! M'dame! Je suis vraiment obligée de déménager tous les six mois, de faire des gardes jusqu'en fin de grossesse?

-Attention... Validation...

-Bon, ben oui, alors...

-Eh M'sieur! M'sieur! Le médicament chelou pour la diarrhée des gosses, il faut vraiment que j'en prescrive à toutes les gastros?

-C'est comme ça qu'on a pu avoir des nouveaux pèse-bébés, avec le labo. Un service de pédiatrie sans pèse-bébé, c'est un peu con.

-Bon, ben oui, alors...

-Eh M'sieur! M'sieur! Pourquoi on lui fait faire un scanner, au type? Il en a pas besoin, on n'a pas d'argument pour?

-C'est ME-DI-CO-LE-GAL!

-Ca veut dire quoi?

-Que si jamais il y a un problème, on t'enverra devant le juge expliquer pourquoi tu lui as pas fait son putain de scanner, et ça sera pas facile de convaincre.

-Bon, ben oui, alors...

-Eh M'sieur! M'sieur! Il y a un patient, il me fait un sac pour avoir une ordonnance pour des antibios alors que ça sert à rien, j'arrive pas à m'en défaire, j'ai beau lui expliquer, il me tape un scandale, j'en peux plus! Vous voulez pas me filer un coup de main pour le convaincre?

-Te fais pas suer, file-lui son ordonnance, il y en a encore quinze qui attendent, on a autre chose à foutre.

-Bon, ben oui, alors...

Petit mouton bien docile, je suis sortie de l'hôpital avec l'habitude de tout accepter, mais avec la certitude qu'en signant enfin mon nom au bas des ordonnances, j'allais devenir maître de ce que je mettais dedans.

-Une ordonnance de kiné? Oui, j'ai toujours fait comme ça...

-Une ordonnance d'orthophonie? Pourquoi pas... Après tout...

-Un rendez-vous à point d'heure pour un truc pas grave? Si ça vous arrange... et puis... il faut bien vivre...

-Une ordonnance de pilule en dépannage? C'est sûr que c'est fâcheux de se retrouver en rade.

-Une entrevue pour me parler d'un nouveau médicament?

Mais au fait...

La kiné... oui mais... Plutôt que de faire l'ordonnance comme ça, sur un coin de bureau, Je préférerais, cher patient, vous poser deux ou trois questions et vous examiner pour voir si c'est vraiment ça dont vous avez besoin. Et non, ce n'est pas de la course à l'acte.

Et d'abord, qui vous a suggéré de prendre un rendez-vous d'orthophonie pour votre enfant? Et pourquoi? Avez-vous contrôlé d'abord s'il entendait et voyait bien? Si mon avis ne vous intéresse pas et que c'est la voisine qui vous a convaincue, dites-lui de faire elle-même l'ordonnance, je ne suis pas un distributeur de tickets de remboursement.

Et pourquoi faire un renouvellement d'ordonnance après la fermeture de la pharmacie, alors que vous êtes crevé, je suis crevée, que mes mômes m'attendent pour manger et que j'ai fait la dernière pour trois mois?

Et la pilule? Est-elle la meilleure contraception pour vous à l'instant présent? C'est peut-être pas plus mal de se voire une fois par an pour vérifier si ça marche bien, si c'est pas trop risqué, et décider ensemble de ce qui vous convient le mieux.

La formation, oui, c'est important, Les nouveautés, oui, il faut que je me tienne au courant, mais je doute qu'en tant que vendeur du produit vous me dispensiez une information totalement neutre, alors sans façon, non. J'irai chercher les infos, mais auprès de gens qui n'ont pas de lien avec votre boîte. Je ne serai pas ignorante pour autant, ni responsable du chômage dans votre secteur, mais je saurai mieux qui tient le stylo lorsque je signe mes ordonnances.

Print
Repost

Commenter cet article

ortho 11/02/2016 14:15

Bonjour
Je découvre votre blog seulement maintenant et en tant qu'orthophoniste je reste sans voix à la lecture de votre article de 2012 intitulé "prescription".
Que vous n'ayez aucune formation au métier d'ortho se conçoit, vu la densité de vos études. mais soutenir qu'un enfant qui ne s'exprime pas ne doit pas consulter et faire un bilan est une hérésie totale. Je prends en charge des enfants vraiment petits et tout trouble du développement du langage doit entraîner une consultation le plus tôt possible. C'est ainsi qu'on dépiste les enfants autistes, les sourds et beaucoup de handicaps invisibles au départ, même aux yeux de l'excellent généraliste que vous êtes. Quand la prise en charge ne se motive pas, les orthophonistes ne font pas de séances après le bilan initial.
Je vois passer énormément d'enfants autour de deux ans et un sur deux mérite une consultation par pédiatre spécialisé.Et les parents arrivent trop souvent avec cette phrase à la bouche; "le généraliste a dit que ce n'était pas la peine, il finira bien par parler..."
Je peux vous parler des derniers cas que j'ai reçu, et pour lesquels, si on avait attendu, on aurait perdu un temps précieux; l'an dernier, par exemple, en conseillant des consultations spécialisées j'ai aidé à dépister plusieurs autistes, un syndrome d'Angelmann , une agénésie du corps calleux et bien d'autres .....Sans parler des pathologies de l'adulte; le médecin vous envoie un patient pour une "petite dysarthrie de rien du tout", même qu'il a hésité à prescrire.... Au bilan, signes cliniques évocateurs, envoi du patient en neuro, diagnostic; SLA.
Nous n'avons pas la science infuse mais une solide formation dans les domaines qui font partie de nos champs de compétences et c'est ce manque de confiance de la part de certains généralistes qui peut faire perdre un temps précieux.
Une orthophoniste bien formée peut devenir une alliée de poids.
Pensez y.
Cordialement

armance 12/02/2016 12:39

Je n'ai rien contre l'orthophonie, je suis à l'écoute de l'avis de tout professionnel de santé.
La généralisation des attitudes ne mène à rien.
Je désire simplement assumer les responsabilités que je prends en prescrivant, et ne pas délivrer des ordonnances à l'aveugle, sans m'être auparavant posé de question, et sans en avoir discuté avec les patients concernés.

Lylfenrys 02/02/2016 12:07

Ahah, limite, c'est l'ordonnance de la prise de sang pour vérifier le cholestérol qu'il fallait lui faire (je suis pas médecin mais quand je prenais la pilule, mon MG surveillait ça de près à cause d'antécédents familiaux, surtout qu'elle soigne aussi ma mère...), "et on se voit la semaine prochaine avec les résultats et on verra ce qu'on prescrit..."
Et j'ai laissé tombé les gynéco depuis longtemps. Depuis ma grossesse, je passe par une sage-femme pour les frottis et la contraception, je ne veux plus d'hormones de toutes façons.
C'est vrai que c'est contraignant de devoir prendre rdv pour une ordonnance, mais honnêtement, pour moi, c'est le moyen le plus sûr de me faire venir, parce que quand c'est pas urgent, c'est jamais le moment.

D'ailleurs j'en profite pour vous remercier de partager votre vécu, parce que je suis phobique médicale, prendre un rdv avec un médecin, c'est pour moi un vrai effort à faire, et vous lire vous et vos collègues, ça m'aide à vous voir différemment et à mieux vivre et mieux prendre soin de ma santé.

Sorraine 27/01/2016 22:15

Pour vous rassurer, mon gynéco ne fait pas mieux. Il prescrit en gros, la "pilule du moment", en me faisant un inutile frottis juste avant. Il fait même pire, puisqu'il ne fait pas de consultations sans frottis et que la première fois que j'ai eu quelque chose dans le vagin, à 14 ans, c'était un spéculum.

Si les femmes demandent la pilule entre deux portes, c'est pour éviter d'être trop déshabillées. Etre ouvert sur une autre façon de prescrire une contraception n'est pas juste une façon de vous écraser. C'est un bienfait pour celles qui n'en peuvent plus d'être "à corps ouvert"

Je l'ai dit à mon généraliste, juste après la naissance de mon deuxième : "je veux une contraception, mais je refuse qu'on me tripote." Je sortais d'une grossesse pas difficile, mais où j'ai eu la nette impression de perdre mes droits sur mon corps, et çà me paraissait au delà de mes forces de me faire tripoter encore. Et je remercie de tout mon cœur les généralistes (et surtout le mien) qui acceptent de prescrire la pilule sur la bonne foi de leur patiente. Même pour trois mois.

Et pourquoi pas pour un an?

armance 27/01/2016 22:49

Effectivement, la consultation de contraception est particulière, mais finalement, c'est l'entretien le plus important.
Je ne vois pas l'intérêt de l'examen gynécologique s'il n'y a pas de plainte, et d'ailleurs je ne le pratique pas dans ce contexte.
Mais par expérience, cette consultation est l'occasion à chaque fois de bien peser les avantages et les inconvénients de sa contraception pour bien la choisir en évitant des écueils qui peuvent avoir des conséquences rares mais lourdes, notamment les accidents cardio-vasculaires, ou les grossesses non désirées.
Les besoins et les risques des différentes contraceptions changent au cours de la vie.
Alors une consultation par an ou deux ans: oui. Sans examen gynécologique: oui, aussi.

Littledragon 25/01/2016 21:32

Chouette post, et ça fait plaisir de vous relire

epistome 25/01/2016 07:33

ça valait le coup d'attendre 3 mois!
pour l'enseignement, du P1 au D4,rien n'a vraiment changé...