armance.overblog.com

Armance, femme, médecin (et mère) de famille

Théo et les prises de courant.

com

Théo a quatorze mois.

Sa Maman l'a emmené me voir un après-midi parce qu'il était enrhumé. Quand j'ai ouvert la porte de la salle d'attente, elle a pris son sac, son manteau, celui de Théo, et elle l'a appelé:

- Viens, Théo, on y va.

Le petit bonhomme a lâché les cubes avec lesquels il jouait, s'est mis debout tout seul, et s'est avancé pour la rejoindre. Contre toute attente, au moment de franchir le seuil de la porte, sa Maman lui a littéralement coupé la route pour entrer dans mon bureau la première, l'arrêtant de ce fait dans son élan. Elle l'a ensuite appelé de nouveau:

- Viens, Théo!

Nous avons commencé la consultation tout simplement. Théo tousse. Depuis quand? Il a de la fièvre? est-ce qu'il a bon appétit? etc... Pendant ce temps, Théo a trouvé le boulier posé sur la boîte à jouets, et s'en occupe loyalement.

J'examine Théo dans le calme, pendant que sa Maman reste en retrait et me parle, me parle, me parle. Il va très bien, à part qu'il est enrhumé.

En fin de consultation, elle commence à essayer de me parler de ses propres problèmes.

- Il faudra que je vienne vous voir, parce que voilà, j'ai un problème...

Et c'est parti. J'imprime l'ordonnance, je passe la carte VITALE, et elle profite de ce moment de vide dans la consultation, rendu interminable par le fait que mon logiciel est ralenti depuis la dernière mise à jour, pour s'immiscer dans un temps normalement consacré à son fils. Je tranche:

- Prenez rendez-vous pour vous, et on en parlera tranquillement à cette occasion.

De son côté, Théo s'impatiente. Il a été cool jusque là, mais, à quatorze mois, il trouve le temps long, et commence à explorer les lieux. Je le surveille du coin de l'oeil, elle ne lui adresse pas un regard. Elle reste assise et se pose maintenant face à moi, les deux avant-bras sur mon bureau.

- En fait, voilà, Docteur, Théo a un problème: il se met en danger.

S'il est bien un âge épuisant pour les parents parce qu'ils doivent surveiller leurs enfants comme le lait sur le feu, c'est bien celui-là. Je pense initialement qu'elle a un peu de mal avec cette nécessité de vigilance quasi-permanente, d'autant que c'est son premier enfant. Je lui demande tout de même quelques précisions.

- Il se met en danger, il cherche toujours à mettre les doigts dans les prises de courant. On dirait qu'il cherche à se prendre un coup d'électricité.

- Et ça lui est déjà arrivé?

- Jamais! Je passe mon temps à le surveiller et à l'empêcher de s'en approcher.

Théo est en train de franchement se lasser de l'entretien, et use maintenant de la voix pour se faire comprendre. Sa Maman ne sourcille pas, et me regarde toujours dans les yeux.

- On dirait qu'il a fait une fixation là-dessus. On dirait qu'il VEUT se mettre en danger, ou se faire du mal, je sais pas.

- Pensez-vous vraiment qu'il réalise à quatorze mois ce qui pourrait arriver s'il mettait les doigts dans une prise de courant?

Théo, en désespoir de cause, arrête de piailler, regarde autour de lui, et vise une prise de courant, que j'avais depuis longtemps munie d'un cache.

Sa Maman bondit alors de sa chaise, s'empare de Théo, et revient s'asseoir avec son fils sur les genoux, tout calme et souriant.

- Ah! vous voyez, Docteur!

- Ce que je vois, c'est que, depuis que vous êtes ici, c'est la première fois que vous le prenez spontanément dans les bras. Je pense que c'est le seul moyen efficace qu'il ait trouvé pour vous le demander.

J'ai été probablement un peu abrupte: je ne les ai plus revus.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Babaorum 05/01/2013 13:30

Très beau billet, j'aimerais avoir la même finesse d'analyse que toi, je suis un peu jaloux. :)

armance 05/01/2013 15:14

@docteurHyde Je ne connaissais pas l'expression, elle me plait.
J'ai peut-être bien fait pour eux de dire franchement et directement ce que j'avais observé. Je suis juste un peu frustrée de ne pas savoir si les choses ont changé. C'est mon côté "médecin installé"...

@Babaorum Je suis loin d'être en vigilance maxi en permanence...

DocteurHyde 05/01/2013 13:18

C'était surement la réponse à faire. Un wake-up call. Le fait qu'elle ne revienne pas montre, à mon sens, que cette réponse n'est pas tombée dans l'oreille d'une sourde...

Fluorette 05/01/2013 12:12

Une fois, j'ai dit à une maman d'un "gamin" de 15 ans : "vous vous rendez compte que vous parlez tout le temps à sa place?". Elle ne l'a pas très bien pris.
Et puis, elle est revenue, pour elle. Et elle me raconte tout. Et ça nous prend du temps. Un jour elle m'a dit "vous vous rappelez que vous m'aviez dit ça?", bien sur, elle a dit "j'y ai beaucoup réfléchi, je vis par lui".
Mais maintenant quand elle vient pour lui, elle se tait, ça la bouffe, je le vois bien, mais elle se tait.
On ne peut pas se taire, c'est aussi à nous de dire ce dont ils ne se rendent pas forcément compte. Tu as bien fait. mais peut-être que l'entendre une seule fois n'a pas suffi, quelqu'un d'autre devra lui dire, et peut-être qu'elle n'entendra jamais...