armance.overblog.com

Armance, femme, médecin (et mère) de famille

L'éducation émotionnelle.

com

Une fois pas an ou tous les deux ans, je suis confrontée à une consultation dont j'ai du mal à me remettre.

Je fais généralement une pause avant la consultation suivante ("La Docteur, elle est déjà en retard et elle prend un café!"), et mon esprit fait abstraction du trop plein d'émotion avec l'activité qui suit. Mais cette consultation, ou un bref instant de celle-ci me poursuivent ensuite pendant plusieurs jours, reviennent à la moindre occasion, à la première petite seconde vide. J'ai appris avec les années à user de stratégies diverses pour reprendre par la suite un cours plus habituel de ma vie quotidienne.

Il est surprenant de constater que ce qui fait le caractère traumatisant ce ces consultations n'est pas toujours leur propre contexte. Il est de nombreuses consultations que l'on appréhende à l'avance en connaissance de leur motif: devoir annoncer une mauvaise nouvelle, recevoir un patient après un traumatisme récent, on sait dès la prise de rendez-vous qu'il faudra prendre du temps, être à l'écoute et faire abstraction de ses propres difficultés. Mais ce ne sont curieusement pas toujours ces consultations, auxquelles on s'est préparés, qui déclenchent le malaise sourd qui suivra. C'est souvent dans un flot d'émotions un petit détail, un mot, une attitude, qui se trouve responsable du trouble, plus par son lien avec mon vécu personnel qu'avec le motif plein et entier de la consultation.

Face à cette situation émotionnelle mal contrôlée, chacun agit comme il le peut, avec le lourd obstacle qu'est l'obligation de garder le secret professionnel.

J'insiste pour dire "comme il le peut", car la formation des médecins souffre d'un véritable déni vis-à-vis des difficultés émotionnelles que peuvent ressentir les étudiants et les médecins qui les encadrent pendant leur formation. Les seuls enseignants que j'ai vus aborder le sujet ont été mes maîtres de stages de médecine générale, et les psychiatres d'un service hospitalier où j'ai accompli un stage d'externat.

A la fin de mes études, j'avais été personnellement soulagée de ne plus devoir côtoyer le stress quotidien des services hospitaliers associé à ce déni, et j'avais fait une croix sur les souvenirs peu plaisants, ainsi que sur l'épuisement physique et le manque de sommeil induits par le travail à flux tendu imposé aux internes, qu'ils acceptent, trop désireux d'en finir avec leur formation. Depuis que j'ai découvert que les médecins communiquent entre eux par l'intermédiaire de blogs ou de Twitter, je me trouve en contact avec de nombreux étudiants, et je réalise que, de ce point de vue, d'une part, je n'ai pas été seule à me trouver en difficulté au cours de mes études, et d'autre part, et c'est le plus dramatique, rien n'a changé.

Lorsque j'ai commencé mes études, mon entourage m'avait prévenu:"Tu vas voir des trucs durs!", depuis la dissection de cadavre en début de formation, la situation dramatique échouée aux urgences, en passant par l'accouchement catastrophique, jusqu'à la mort en direct.

De ce point de vue, personne ne s'est trompé. Il est communément admis que les soignants, en formation ou en exercice vivent "des trucs durs", et tout se passe comme s'il était communément admis qu'ils traversaient ces à-coups émotionnels sans encombre. La fréquence importante des syndromes d'épuisement professionnels ou burn-out, un taux de suicide élevé, une fréquence accrue des séparations de couple ou la simple lecture des écrits des étudiants tendent à montrer que la digestion de ces émotions ne se fait pas sans encombre, et surtout que l'attitude des soignants qui prévaut face à leurs propres difficultés psychologiques est le déni et celle du reste de l'équipe s'oriente parfois vers le rejet pur et simple.

Un interne ou un médecin qui cède émotionnellement face à une situation lourde est vite qualifié de "trop fragile" ou de "trop jeune", ou encore de "pas fait pour ça". Je n'ai jamais vu pour ma part une quelconque attitude qui vise à aider le soignant en difficulté à trouver une solution, si ce n'est la mise à l'écart: "tu es trop fragile/fatigué pour assumer ton travail de soignant, fais-toi arrêter, repose-toi, et reviens quand ça ira mieux". J'ai même vécu une fois un rejet, un jour où j'étais arrivée en retard dans mon service et quelque peu déphasée après avoir assisté à un suicide sur une voie ferrée. Le message m'a été clairement exprimé: "tu n'es pas obligée de bosser tout de suite si ça va pas, tu nous rejoindras plus tard si tu veux, et il faut absolument que tu parles de ce que tu as vu, mais pas à nous, c'est trop dégueulasse". Je travaillais dans un petit hôpital de périphérie, sans psychologue ni psychiatre sur place, avec des horaires d'interne... Invitée à me taire, je me suis tue pendant plusieurs années.

Nous apprenons parfaitement à repérer chez les patients toute une sémiologie en lien avec les différents types de réaction au stress, la prendre en charge pour prévenir ses conséquences futures, mais nous nous interdisons de le faire pour nous même, et qui plus est de simplement envisager de la prendre en charge.

Des médecins plus âgés argumentent que, de leur temps, les étudiants traversaient leur formation bon an mal an, et finissaient toujours par soutenir leur thèse et s'installer. Oui, mais à quel prix? Peut-être auraient-ils apprécié d'avoir la possibilité de faire autrement que s'endurcir par la force des choses.

Aujourd'hui, il est reconnu que le repos de sécurité pour les internes le lendemain de leur garde est une sécurité pour les patients, ce repos est enfin entré dans la réglementation: on admet que le médecin est un être comme un autre, que le manque de sommeil rend inefficace et parfois dangereux. Les règles et les mentalités progressent peu à peu.

J'attends avec impatience le jour où un soignant en formation qui réalise qu'il est en difficulté au niveau émotionnel sera considéré comme une personne à guider et non à écarter, le jour ou on invitera les étudiants, qui sont nos futurs médecins, et les soignants en exercice à s'interroger de façon pragmatique sur la façon dont ils vivent leur métier. Agir eux-même en conséquence pour leur propre bien et celui des patients qu'ils soignent ne devrai pas être considéré comme un signe de faiblesse préjudiciable pour leur cursus, mais plutôt comme un atout pour leur pratique future.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Michel Pierre 10/10/2013 18:08

Bonjour et merci pour ce très beau texte et cette analyse si pertinente. J'ai 64 ans bien passés, en principe encore quelques mois avant la quille!Tout comme vous, j'ai été confronté à des situations particulièrement difficiles, Il m'est arrivé de recevoir des professionnels de santé atteints dans leur personne par des situations stressantes: Je me suis rendu compte que l'age et l'expérience me permettaient de mieux être à l'écoute. Je pense que les groupes de paroles peuvent aider. Je suis allé à une FMC passionnante sur le Burn Out: je pense que la profession doit mieux s'organiser pour favoriser l'entre aide. Des structure comme l'Ordre et les assurances professionnelles doivent aider . Il peut être intéressant d'utiliser les compétences des "anciens" pour aider à trouver des solutions.
Merci encore pour la qualité de votre réflexion .

psymachin 10/10/2013 10:34

Bien subtil ce papier qui pose les vraies questions : ce sont moins les " trucs durs " qui entament que la résonance insidieuse en nous de ces histoires de corps, d'émotions, de relations, de vie quoi et de mort aussi ! La capacité à accueillir ou au contraire à se blinder contre dépend moins de la formation universitaire que de celle d'oser affronter ces zones quelque peu obscures mais sur lesquelles reposent le goût de ce métier. On ne choisit pas la complexité de la médecine générale par hasard que diable !

M.L 09/10/2013 23:58

Ton texte est d'une vérité poignante. La solitude morale des médecins est un problème pour la profession, et elle se voit aussi dans leur incapacité souvent flagrante de réaliser des actions communes. Je suis d'accord que Twitter est un réel exutoire, ainsi que la rédaction de textes sur son blog. Cela permet de se rendre compte qu'on n'est pas seul dans ces difficultés. Pour te rassurer, je peux témoigner qu'en avançant en ancienneté et en faisant aussi une formation à l'annonce de maladie grave, l'émotionnel prend une place moins prépondérante. Hélas, pour ne pas souffrir, certains médecins en arrivent à se blinder psychologiquement, ce qui les rend moins bons. Car, heureusement qu'il y a de l'émotionnel, sinon le métier de médecin n'aurait plus de sens.

armance 10/10/2013 06:50

Je suis tout à fait d'accord avec toi, avec le temps, ceux qui le veulent ou le peuvent trouve un moyen de se faire aider pour gérer l'émotionnel.
Il est cependant regrettable que les études médicales occultent cet aspect et incitent au blindage face aux émotions. Les jeunes médecins le paient très cher.

Mum_inge 09/10/2013 22:34

Je ne suis pas soignante, mais je suis en souffrance au travail et aujourd'hui le médecin du travail m'a dit "bah faut pas se rendre malade pour le travail". Partout, tout le temps, il est plus facile de ne pas voir. Merci d'en parler.

Amélie 09/10/2013 16:56

Je suis en 6ème semestre de médecine générale. Je finis mon internat dans un mois. Je me retrouve totalement dans ce post. A plusieurs reprises ma "fragilité" m'a desservie. Nous sommes alors mis à l'écart. Nous devons alors redoubler d'effort pour avoir al confiance de ses chefs ce qui nous épuise. Le cercle vicieux commence. Il est encore tabou en médecin de dire qu'un médecin est sous psychotropes ou antidepresseur. J'ai trouver mon suivi psychologique en externe, un travail sur moi même qui m'aide beaucoup dans mon travail de médecin. Je me suis formée en communication et mes maîtres de stage ambulatoires reconnaissent ma qualité d'écoute.
Merci pour ce post sur ce sujet encore tabou.

Amélie 09/10/2013 16:57

Excusez moi pour les fautes d'orthographe, je ne me suis pas relue

Docleeloo 09/10/2013 16:14

Merci pour ce post tellement vrai... Suis en plein dedans, c'est dingue comme on peut aller loin sans s'en rendre compte tout en se disant tous les jours "il faut que je fasse attention à ne pas aller trop loin je suis fragile, mais ça me donne une protection de le savoir" que dalle oui...
Heureusement il y a twitter et les blogs pour se rendre compte qu'on n'est pas tout seul, parce que dans la vraie vie, on l'est vraiment... Dans le déni soi même et les autres et le rejet qui prend la place du déni...
Ton blog est top ! Merci continue!

Herubel 09/10/2013 14:18

À quel prix ,bonne question qui d'ordre humano-centré est passée à financièrement pragmatique .Dans une autre catégorie professionnelle,infirmière,en 30 ans je n'ai jamais vu l'ombre d'une réponse.Compris qu'il fallait aller chercher de l'aide,une supervision,ou aide psycho ailleurs,sur l'extérieur ,pas dans la sphère prof 'soignante' .Le partage de ses difficultés est renvoyé comme un manque,ou une incompétence avec l'aimable invitation à muter,à partir.Ensuite,à charge de travailler à faire de sa 'fragilité'émotionnelle un outil maîtrisé bien utile et efficace dans la relation thérapeutique ( en psychiatrie,pour mon cas personnel)

armance 09/10/2013 15:00

Le déni et la mise à l'écart concernent effectivement tous les soignants, quelle que soit la fonction. Vous faites bien de le souligner.