armance.overblog.com

Armance, femme, médecin (et mère) de famille

Funambulisme.

com

Il est quatorze heures, le Docteur Tantmieux finit son café et se frotte les mains.

Il vient de regarder son planning pour cet après-midi, et constate qu'il commence par une consultation qu'il adore.

Il va recevoir un couple de jeunes retraités qu'il connaît depuis des lustres. Robert et Claudine viennent peu, toujours ensemble, et c'est toujours un bon moment de détente pour le Docteur Tantmieux. Il est heureux de commencer son après-midi de consultation avec eux.

Ils n'ont pas vraiment de maladie, pas vraiment de traitement, et viennent juste ensemble, deux fois par an, se rassurer sur leur santé et leur avenir, au motif de quelques petits bobos sans importance.

Comme l'ambiance est à la décontraction, Le Docteur Tantmieux se relâche, et se laisse aller à quelques plaisanteries dont le sens peut être entendu de façon multiple. D'ailleurs, Claudine et Robert son très complices, et l'entraînent facilement sur cette pente. Tout est prétexte à commenter leur vie commune.

Le Docteur Tantmieux débute par un:

- Allez, Par qui je commence? Le premier qui a sorti sa carte?

- Les dames d'abord!

- Docteur, y dit ça parce que, de toutes façons, c'est moi qui les ai, les cartes, il risque pas de la sortir en premier, il sait pas où elles sont.

Madame "passe" en premier. Elle explique deux ou trois douleurs, expose deux ou trois zones de sa peau qui éveillent sa curiosité, demande "à quand remontent" les examens auxquels elle attache de l'importance, une prise de sang, une mammographie, le dépistage du cancer du côlon, et surtout s'enquière de savoir "quand c'est qu'il faut les refaire". Elle n'a pas de facteur de risque particulier, et le Docteur Tantmieux s'attache à rester évasif quant à la nécessité de refaire absolument tous les ans une recherche de diabète, une surveillance du cholestérol, et "les globules, pour voir". Claudine est en bonne santé, le Dr. Tantmieux en est convaincu, mais elle n'en démord pas, elle veut une prise de sang tous les ans, "comme tout le monde".

Vient le moment de l'examiner. Alors que Robert reste assis face au bureau, Claudine vient se déshabiller sur la table d'examen cachée derrière une cloison. Elle glousse en montant sur le pèse-personne, et Robert ricane.

- Alors? Combien?

- Oh non! Lui dites pas, Docteur!

- Secret médical!

Pendant l'examen, Claudine détaille ses petits maux, ses petites douleurs d'après les excès de jardinage, il faut bien se plaindre de quelque chose quand on va chez son médecin. Elle conclut elle-même:

- Bon, mais qu'est-ce que vous volez, pour mes soixante-cinq ans, j'ai pas trop à me plaindre quand même, n'est-ce pas?

Le Docteur Tantmieux acquiesce, et s'enfile dans le courant pour ne rien médicaliser: on ne peut pas être et avoir été, il suffit de se ménager et faire les choses moins vite, il donne quelques conseils de posture et d'activité physique, pour surseoir à la demande d'ordonnance de kinésithérapie conseillée par la voisine qu'il sent devoir arriver derrière.

- Il paraît qu'il y a un nouveau kiné très bien et...

- De toutes façons, on est fin mars, et vous avez fini de désherber, non? Ca devrait se calmer tout seul. Et il va bientôt faire beau, vous allez reprendre la piscine et le vélo.

- Oui, c'est vrai, c'est bientôt Pâques...

Après quelques commentaires sur la tension de Claudine qui n'est ni trop haute, ni trop basse, quelques explications en réponse au sempiternel "c'est quoi la norme de tension qu'il FAUT avoir?", le Docteur Tantmieux enchaîne. Ils sont sympas, mais il ne va pas s'éterniser non plus. Claudine est en pleine forme, et il a vu dans son planning des patients bien plus abîmés qui doivent venir ensuite.

Il insiste pour se réjouir du fait que Claudine ne prenne pas de traitement au long cours.

- Mes amies, elles ont toutes un truc pour la tension ou la thyroïde...

- Elle est jalouse, Docteur!

- Mais je suis désolé: vous êtes en bonne santé, il n'y a vraiment rien à faire.

Une dernière passe d'arme pour éviter un contrôle des hormones thyroïdiennes, alors que celles de la voisines, elles... Le Docteur Tantmieux trouve qu'il s'en tire pas pas mal, en ne faisant qu'une ordonnance réduite de biologie en insistant sur le fait qu'il ne faille pas la faire avant six mois.

Claudine se rhabille en gloussant, et fait une magnifique démonstration de station-prolongée-sur-un-pied-façon-cigogne en mettant son collant, ce que ne manque pas d'observer son médecin qui se dit que le nylon lui permet d'admirer de beaux restes de souplesse et d'équilibre.

Ce faisant, le médecin regagne sa place devant son écran pour insérer de maigres annotations dans le dossier de sa patiente.

Robert a patienté, tapotant des doigts sur le bureau, sifflotant et regardant le plafond. Maintenant que le Docteur Tantmieux s'est assis face à lui, il croise les bras, se tourne et appelle sa douce pour qu'elle accélère le rhabillage.

-Eh! Le Docteur, il a encore du monde à voir, en salle d'attente...

Le Docteur Tantmieux acquiesce à moitié. Pour lui, c'est pas un truc à dire aux patients en consultation, mais quand même, elle va vraiment bien, Claudine, on dirait qu'elle en reprendrait bien, du Docteur. C'est vraiment pas faux que le monde va commencer à s'accumuler derrière sa porte. Il fait celui qui n'a pas entendu, concentré sur l'informatique, content que le petit coup de pression ne vienne pas de lui.

Lorsque Claudine arrive et se rassied face à lui, le médecin assène de façon péremptoire qu'il vient de valider la feuille de soin, et que donc, officiellement, à partir de maintenant, c'est de Monsieur qu'il s'occupe.

Robert lui tend donc sa carte VITALE pendant que Claudine range la sienne. C'est maintenant qu'on va passer aux choses sérieuses. Elle, Claudine, n'a que de petits maux ponctuels, alors que Robert, lui, il des maladies, des vraies, des qu'il faut prendre des cachets et faire des soins tous les jours! Alors si son médecin ne s'occupe plus d'elle, ce n'est pas grave. Maintenant, elle est spectatrice, et aux premières loges!

Le Docteur Tantmieux met un peu plus d'insistance dans l'interrogatoire pour Robert.

- Depuis la dernière fois, vous n'avez pas eu de problème particulier?

- Ca fait combien de temps? Trois mois? Non! Tout va bien. Il n'y a rien eu de spécial. Je suis en forme, hein, chérie?

- Oui, ça, on peut le dire...

Le médecin valide.

- OK, tout va bien, alors.

- Ah oui. Il faudra juste que je vous montre mon psoriasis...

- Vous êtes en poussée?

- Pas vraiment, mais j'en ai à un endroit où j'en avait pas avant. Alors j'en ai parlé à la dermato et ...

- Ah mais vous voyez une dermato?

- Oui, de temps en temps. J'avais plus de crème, et ça tombait bien, j'allais la voir. Alors je lui ai dit que j'en avait... Euh... Comment dire... Sur le sexe, quoi, et elle m'a dit de continuer le traitement.

- Ah!

- Et ça marche pas. C'est parti, et c'est revenu.

- Ah!

- Et ça fait mal. Ca brûle. Le psoriasis, à cet endroit là, c'est vraiment pas bon.

- Mais la dermato, elle a regardé?

- Noooon! Bon, en fait, je lui en ai parlé à la fin, j'étais rhabillé, j'allais sortir de son bureau, j'avais oublié, et je suis re-rentré pour lui dire, alors elle avait plus le temps, elle a pas pu regarder.

Le Docteur Tanmieux soupire en se disant que la consultation de pas-de-porte est vraiment un fléau, et qu'il a l'impression que les patients qui font ça se mettent en position de ne pas faire prendre en charge un truc important.

- Bon, ben il va falloir que je regarde, alors...

- Bon. Ben... Si vous insistez... Après tout, c'est vous qui décidez...

- Faites quelque chose, Docteur, mon mari est TRES TRES gêné!

Pendant que Robert commence à retirer un à un ses vêtements, le Docteur Tantmieux fait courir sa souris sur le bureau. Il remonte sur son dossier informatique. Il trouve une consultation avec son associé, ou plutôt le remplaçant de son associé en décembre dernier, juste avant noël. Le remplaçant n'a pas fait dans le détail. Le volet d'observation est indigent, mais l'ordonnance mise en mémoire ne comporte qu'un médicament: VIAGRA.

Le Docteur Tantmieux entend le grincement de son pèse-personne. Robert n'a pas perdu de temps.

- Alors? Combien?

- Comme la dernière fois! Pas bougé!

- Mais ça affiche combien?

- Quatre-vingt cinq!

- Vous lui faites confiance, Docteur...

Le Docteur Tantmieux sent fondre sur lui l'inspiration divine: il ouvre le dossier de Claudine pour voir si elle a consulté en même temps que Robert en décembre. Et il ne trouve pas de consultation à cette date. Robert serait-il venu seul, pour une fois?

Robert commence à descendre son caleçon, et son médecin l'arrête tout de suite:

- On fera ça en dernier!

- La tension d'abord?

- Ecoute le Docteur, chéri.

Robert remet son caleçon et s'assied sagement sur la table d'examen.

Le Docteur Tantmieux l'examine en lorgnant ce que fait Claudine. Il s'assure qu'elle reste assise sur sa chaise.

Elle reste là, et manipule une carte de crédit dont elle fait cliqueter la tranche sur le bois du bureau en regardant par la fenêtre qui lui fait face. Le cabinet donne sur un bosquet, et elle pense à ce moment là qu'il n'y a pas de vis-à-vis.

La tension de Robert est la même, et on commente longuement le fait que le traitement fonctionne bien, que la tension est "dans la bonne fourchette".

Le médecin aborde alors le point délicat.

- Bon, ben vous me la montrez, alors, cette plaque de pso?

- Oui, tout de suite.

Dans le silence qui accompagne l'ultime effeuillage, le médecin est attentif au cliquetis de la carte de crédit: Claudine reste de l'autre côté de la cloison.

Le médecin se penche, et reconnaît un petit amas de vésicules groupées en bouquet.

- Ah, et quand j'y touche, Docteur, ça brûle, ça, je vous assure.

- Eeeeeeeet... C'est donc pas la première fois que ça vous arrive...

- Ben la dernière fois, chez la dermato, il y a ... un mois...

- Et avant, jamais?

- Pourquoi, c'est quoi?

- Ca ressemble ENORMEMENT à de l'herpès...

- A cet endroit là?

- Oui, ça arrive. C'est revenu exactement au même endroit?

- Ah ça oui, je m'en souviens!

S'il veut échapper à un drame dans son bureau, le Docteur Tantmieux sent qu'il est temps de sortir au moins une paire d'avirons.

- Et vous, Madame, vous n'avez rien eu?

- Non, pourquoi, c'est contagieux?

- Parfois...

- Et vous, Monsieur, vous êtes certain que vous ne l'aviez pas eu encore avant? Même il y a très très très longtemps? Ca peut rester quiescent dans l'organisme pendant longtemps, vous savez....

Le Docteur Tantmieux parle en regardant Robert dans les yeux et en lui faisant geste de surtout dire oui pour éviter le désastre conjugal. Il écoute le cliquetis de la carte de crédit, Claudine ne les voit pas, il continue ses grands gestes en pensant du plus fort qu'il peut: "Mais dis OUI, grand naïf, si tu veux éviter les ennuis!".

Mais Robert, dans sa candeur, poursuit ses pensées.

- Ben non, ça fait trente cinq ans qu'on est ensemble, c'est vraiment la première fois...

Le cliquetis de la carte de crédit vient de cesser. Le Docteur Tantmieux reprend une activité normale.

Il réfléchit à une autre stratégie.

L'herpès est une chose, mais s'il veut bien fait son job, il va falloir qu'il propose à ses patients de faire une recherche des autres maladies qui circulent par les mêmes voies. Pour cette génération qui a connu simultanément dans sa jeunesse la liberté sentimentale, la contraception et l'absence de maladie sexuellement transmissible incurable, rechercher lesdites maladies n'est vraiment pas une priorité.

Le Docteur Tantmieux transpire. Il ne sait pas comment leur annoncer que là, pour une fois, il faudrait ne pas oublier de faire une prise de sang et une analyse d'urine. Il n'a pas envie de se retrouver là, à quatorze heures trente, alors que la journée démarrait bien, avec une scène de ménage dans son burea.

Il cherche une porte de sortie.

Comme il semble déconcentré, Robert le rappelle à l'ordre.

- Docteur, et ma prise de sang?

- Ah oui, on va la faire un peu plus complète que d'habitude. Et il y aura une analyse d'urines, aussi.

- Et moi, alors?

Claudine, pour une fois, en aura pour sa demande.

- Et on va chercher quoi?

- Plein de choses!

Le Docteur Tantmieux sait que ses patients sont en train de découvrir la source inépuisable d'informations qu'est Internet, et pour une fois, il compte sur ses patients pour aller trouver tout seuls sur le Web à quoi correspondent les demandes HIV, TPHA et VDRL.

Il imprime les ordonnances de biologie, les signe et les garde sous le coude, fait la feuille de soin, encaisse les sous, puis argumente la longueur de la consultation pour les expédier dehors au plus vite en leur donnant les ordonnances pliées.

- Allez, à dans six mois!

Claudine se lance dans les considérations d'usage:

- Oui. On vous aime bien, mais on préfère être en bonne santé hein? On viendra si on attrape un nez qui coule. Je sais bien qu'on est au printemps, mais vous savez ce qu'on dit: "Noël au balcon, Pâques aux tisons". Hein Robert?

Le médecin leur serre la main:

- Oh ça... Vous croyez pas si bien dire...

Print
Repost

Commenter cet article

Essay writing reviews 19/09/2016 12:08

Good post. It have a good format of writing. I loved the post and it is really very attractive. You have maintained a good quality content. Keep sharing more post. I always follow this blog to get some good information.

Audrey 14/09/2015 20:31

Article très bien écrit!
Mais, pour la recherche VIH il doit y avoir l'accord du patient !?!...

Thomas 21/05/2015 23:38

C'est délicat de prendre deux personnes en consultation, surtout un couple. Vous devez être limité dans les examens ou le questionnaire médical. Est-ce possible de refuser ?