armance.overblog.com

Armance, femme, médecin (et mère) de famille

Le vol des vautours.

com

Entre l'agitation syndicale ambiante, les mots d'ordre de grève, les inquiétudes et le questionnement des patients, les réquisitions (parce que oui, la maréchaussée s'est rendue en personne dans mon cabinet nous signaler de la part de notre préfet notre réquisition pour la période de fêtes alors que nous ne faisions pas grève), j'ai reçu par la poste une splendide plaquette.

Je vous en livre ici le côté pile, en ayant eu soin de masquer le nom de l'expéditeur.

Le vol des vautours.

Le slogan m'invite à changer d'air. Je dois dire que dans le contexte actuel, l'injonction est tentante.

Le montage photo est un petit peu grossier.

Dans ma grande naïveté, j'ai mis du temps à comprendre de quoi il était question, hormis que le document se voulait émaner d'un ami qui semblait me vouloir du bien.

On y voit un homme en caleçon dont les vêtements de travail jonchent le sable d'une plage. Il court pour se jeter dans l'eau avec un matelas pneumatique sous le bras.

A première vue, on peut se demander pourquoi cet individu a tenu à transporter son casque de chantier jusqu'à la plage, mais après tout, on peut se dire que c'est un espace ouvert à tous ou chacun vit comme il l'entend, et le casque ne gène personne.

Derrière lui court un autre homme, vraisemblablement pour le rejoindre. Il doit être médecin, parce qu'il en a des attributs: une blouse blanche ouverte, un stéthoscope autour du cou, qui d'ailleurs ne va pas tarder à l'étrangler avec le mouvement, et une sacoche en cuir. La sacoche, dans les photos de presse, c'est l'attribut exclusif du médecin généraliste, celui qui va faire des visites à domicile.

Donc, si je regarde bien l'image, un médecin sorti tout droit du boulot court sur une plage derrière un ouvrier tout juste sorti du chantier et qui va se baigner.

Bon, mais ça me dit pas comment changer d'air ni comment faire. Fréquenter les plages n'est pas mon activité favorite, mais celle-là a l'air de se situer dans un pays chaud. Un peu de voyage me ferait certainement du bien, bien que je préfèrerais en faire profiter le reste de ma famille.

Le peu de texte ne m'oriente pas beaucoup. Je ne sais pas si "bien-être et prévention" s'adresse aux patients, suggérant qu'on me propose une activité dont l'objectif serait de les leur assurer, ou si cette mention s'adresse à moi: enfin un organisme qui m'écrirait pour se préoccuper de mon bien-être et s'inquiéterait de prévention des malheurs qui pourraient m'assaillir.

Tout en bas, on me précise que "L'humain est capital": c'est vague, mais c'est vrai qu'en l'absence d'être humain, mon travail se réduit à néant.

Alors que peut bien me proposer l'expéditeur de cette plaquette?

On peut se faire une idée en la tournant.

Le vol des vautours.

Le côté pile, c'était la carotte. Il semble bien admis dans l'imagerie populaire que les médecins soient des hommes en blouse avec un stéthoscope autour du cou qui aspirent à fréquenter les plages exotiques en l'absence des patients. Cette plaquette est destinées à faire saliver un médecin généraliste tel le chien de Pavlov à l'audition de la cloche qui précède la distribution des croquettes.

Le côté face, c'est l'explication de l'objet du courrier directement couplée à la tentative de déculpabilisation.

Ca commence par une devinette en forme de "Vous ne savez pas encore de quoi il s'agit, mais plein de médecins le font déjà, alors pourquoi pas vous?".

L'encadré bleu nomme enfin l'objet de la requête: faire des "contre-visites médicales". Concrètement, on me propose, à la demande indirecte de leur employeur, d'aller chez des patients que je ne connais pas et qui sont en arrêt de travail pour confirmer ou infirmer la nécessité de leur arrêt, moyennant finances, bien sûr. Ce service est facturé une centaine d'euros par prestation.

Cette proposition n'a rien à voir avec l'Assurance Maladie, elle émane d'une entreprise privée qui agit au service d'autres entreprises privées.

La contre-visite médicale existe depuis 1978, officiellement pour garantir à une entreprise la légitimité des avantages qu'elle accorde à ses salariés en cas d'arrêt de travail. Sur leurs sites internet, la plupart des entreprises qui proposent des services de contre-visite mettent en avant leur capacité à démontrer qu'un arrêt de travail est injustifié, à favoriser les reprises de travail précoces et à dissuader les salariés de demander des arrêts.

Pour lire la suite, il faut une traduction langage-ressources-humaines/Français:

- "utiliser l'ensemble de vos compétences": "On est embêtés, on ne peut pas le faire faire par quelqu'un d'autre".

- "sur le terrain": "On n'a pas de bureau pour vous".

- "créer des liens privilégiés avec notre équipe": "On veut bien être sympas".

C'est pas clair. En fait, il ne fallait pas lire que la partie en caractères gras, mais aller jusqu'au bout de la proposition:

- "créer des liens privilégiés avec notre équipe de gestionnaires": "On paye vite et bien".

- "et de bénéficier d'un complément d'honoraires": "On sait que vos honoraires sont bloqués, alors on peut vous aider à mettre du beurre dans les épinards".

S'ensuit en dessous le palmarès de l'entreprise, destiné à donner une impressions d'ancienneté et de solidité, même si je n'en avait jamais entendu parler auparavant. Les médecins auxquels cette entreprise fait appel sont qualifiés d'"expérimentés", je ne sais pas si c'est un préjugé, auquel cas je dois prendre comme un compliment le fait qu'elle choisisse de faire appel à moi, ou si c'est parce qu'elle fait souvent appel aux mêmes, qui deviennent rodés à cet exercice.

Je suis donc ensuite invitée à joindre cette entreprise sans attendre, et même à commander une documentation qui me permette d'accomplir la mission escomptée sans encombre.

On me rappelle encore en bas de page que "L'humain est capital", au cas où j'aie oublié depuis la lecture de la page précédente.

C'est la première fois en neuf ans d'installation dans mon cabinet que je reçois une telle proposition par courrier.

On peut dire qu'elle soit tombée à point nommé: avant les vacances de noël, juste avant le début de la grève, alors que commençait à monter dans la presse un vent de contestation vis-à-vis du projet de généralisation du tiers-payant des honoraires et du blocage du prix des consultations.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Saboteur 06/01/2015 17:45

En plus de dénoncer la pratique, pourquoi ne pas accepter leur offre, mais au final valider systématiquement tous les arrêts de travail ? peut-être qu'ils ne feront plus appel à vous assez rapidement, mais vous les aurez entubés de quelques centaines d'euros :D

@F_PrDE 06/01/2015 16:21

Même la publicité du site, en haut de page, s'y met : "Contrôle médical Naxos. Arrêt de travail abusif ? Agissez ! Mandatez-nous à partir de 89€ HT." A croire que cette pratique devient tristement courante…

Carthage Médical 06/01/2015 11:12

Bonne notion et bon article...

Kyra 06/01/2015 11:01

Oui, c'est bien ça... et c'est beaucoup mieux payé que de faire des arrêts de travail.
Cette image est obscène.

@mbtrck 06/01/2015 06:12

Donc en fait le côté face c'est un médecin qui poursuit un ouvrier du bâtiment en arrêt de travail de complaisance ? Et après il le plaque au sol, et le ramène de force sur le chantier ? Ou bien ça veut dire que nous aussi on pourra aller à la plage quand on sera en arrêt ?

Dee 06/01/2015 09:17

Plus je regarde l'image et plus je me dis que l'interprétation de @mbtrck est la bonne...
Ca fait ( un peu ) froid dans le dos