armance.overblog.com

Armance, femme, médecin (et mère) de famille

Bref, j'ai juste regardé des plaques.

com

Elle entre dans mon bureau et reste debout sans quitter son manteau.

Je l'invite à s'asseoir et à me donner sa carte VITALE pour ouvrir son dossier.

Elle prend une chaise, en me disant qu'elle ne sait pas si c'est une initiative de la secrétaire, mais qu'elle trouve un peu inutile de prendre un rendez-vous de consultation, parce que tout ce qu'elle voulait, c'était que je la voie "entre deux".

Je lui dis que la consultation "entre-deux", ça n'existe pas, ce n'est pas une vraie consultation.

Elle me dit que de toutes façons, pour elle, ça va aller vite, c'est juste pour faire une lettre pour aller voir un dermato et pouvoir être remboursée de sa consultation. Elle ajoute qu'elle a rendez-vous dans deux mois, et qu'il ne faut pas être pressée pour être soignée de ses problèmes de peau.

Je lui dis que je vais voir d'abord avec elle de quoi il retourne, ne serait-ce que pour avoir quelque chose à écrire dans la lettre si elle est vraiment nécessaire, mais que je peux peut-être lui apporter une solution.

Elle me dit qu'il faut juste un mot, que c'est administratif, que cette nouvelle règle de "devoir passer chez le généraliste avant de voir le spécialiste" est aberrante et coûte de l'argent à la sécu et qu'elle ne voit pas où sont les économies.

Je lui dis que ce n'est pas moi qui établis les règles de la convention, et que, tant qu'à être venue, autant qu'elle m'explique quel est son problème.

Elle me dit qu'elle a des plaques.

Je lui demande où sont ses plaques.

Elle le dit aux plis des coudes.

Je lui demande depuis combien de temps.

Elle me dit "un moment".

Je lui dis "un moment comment?"

Elle me dit qu'elle pense que ça fait à peu près un mois.

Je lui demande si ça gratte.

Elle me dit que oui.

Je lui demande si elle a essayé d'y mettre quelque chose.

Elle me dit qu'elle y met de la crème hydratante, que ça atténue un peu, mais pas complètement.

Je lui demande si elle en a déjà eu avant.

Elle me dit que non.

Je lui demande si elle en a ailleurs.

Elle me dit que non.

Je lui demande de se déshabiller pour que je regarde sa peau.

Elle me dit qu'elle était juste venue pour une lettre pour être remboursée du dermato, et elle ôte quand même ses vêtements.

Je trouve une autre petite plaque identique derrière un genou, et des crevasses entre les orteils, et je lui demande si elle avait remarqué tout ça.

Elle me dit que la plaque derrière le genou, non, mais que les crevasses entre les orteils, elle allait justement oublier de m'en parler parce que ça la gênait.

Je lui demande si elle sait ce qu'elle a.

Elle me répond qu'elle pense que les plaques, c'est de l'eczéma mais qu'elle n'en est pas sûre.

Je lui dis que oui, mais que ce qu'elle a entre les orteils, c'est autre chose.

Elle me demande ce qu'on peut faire, parce que ça la gène beaucoup.

Je lui dis que les crèmes hydratantes, sur les plaques, c'est une bonne idée, et qu'elle peut continuer.

Elle me dit que ça améliore un peu, mais que ça ne la soulage pas.

Je lui dis que sur les plaques, on peut mettre des crèmes avec des corticoïdes, mais qu'il faut prendre quelques précautions.

Elle me dit qu'elle en a entendu parler par son oncle qui a aussi de l'eczéma et qui en utilise.

Je lui dis qu'elle va en mettre une fois par jour, mais qu'elle doit faire attention à ne mettre la crème que sur les lésions, pour éviter de fragiliser la peau saine.

Elle me demande combien de temps elle doit en mettre.

Je lui dis qu'elle fera en fonction de l'évolution, mais que si elle a besoin d'en mettre plus d'une semaine, elle a intérêt à espacer progressivement les applications pour éviter que les plaques ne reviennent rapidement après la fin du traitement.

Elle me demande comment faire précisément.

Je lui dis que je vais lui écrire un protocole détaillé sur l'ordonnance et lui ré-expliquer en la lui donnant.

Elle me demande si pour les pieds, c'est la même chose.

Je lui dis que non, que c'est plutôt une mycose, et que je vais lui prescrire une autre crème qu'il faudra mettre deux fois par jour, et qu'il faudra faire attention à ne pas intervertir les deux traitements.

Elle me dit qu'elle va faire comme ça, et qu'elle ira voir le dermato si ça persiste.

Je lui dis que je peux lui donner d'autres traitements plus actifs que celui que l'ai écrit sur l'ordonnance, mais que je préfère augmenter progressivement pour trouver la plus petite dose efficace en limitant les effets secondaires, et qu'on demandera au dermato si même les autres traitements ne fonctionnent pas.

Elle me dit qu'elle m'appellera si le traitement ne marche pas.

Je lui dis que je pense que c'est mieux comme ça, et que je vais passer la carte VITALE.

Elle me dit qu'elle ne pensait pas avoir à payer parce qu'elle voulait venir "entre deux" pour me montrer ses plaques pour que je fasse une lettre pour le dermatologue pour être remboursée, que je n'ai fait que les regarder mais qu'elle va quand même me payer puisque j'ai fait une feuille de soin.

Bref, je fais de la dermato en médecine générale.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

La Tellectuelle 17/09/2014 08:36

Tiens, je croyais que la dermato était une des spécialités où on pouvait se passer du passage chez le MT (comme l'ophtalmologie quoi).
Maintenant, j'ai du mal à comprendre les patients qui préfèrent attendre 3 mois une consultation chez un spécialiste plutôt qu'un passage chez le médecin (en plus c'est l'occasion de dire coucou !) voire chez le pharmacien (le jour où j'ai compris que les mycoses vaginales étaient traitées par des médicaments délivrables sans ordonnance, j'ai simplifié ma vie par exemple).
Mais vous avez bien du courage à ne pas les renvoyer chez eux en gueulant, ces patients indélicats ...

M.L. 07/09/2014 00:01

Demande beaucoup trop courante. Prenez moi "entre-deux". Mais une fois dans le bureau de consultation, le patient veut SA consultation, UNE VRAIE ! Malheur à toi si tu tentes de le bousculer, généralement renaclera, genre je ne comprends pas votre impatience, docteur, et ne tentes pas de lui expliquer que tu auras 20 minutes de retard, il y sera indifférent... parce que pour un patient entre-2 entré dans le cabinet après une argumentation parfois imagée et difficile, une consultation entre-2 doit alors avoir la durée normale d'une consultation sur rendez-vous.

armance 07/09/2014 10:02

Je refuse les consultations "entre-deux", mais je me garde des créneaux libres pour pouvoir caser les urgences sans bousculer le reste.
Lorsque je débloque un créneau, les patients arrivent parfois en disant "merci de me prendre entre-deux"! Je suis déçue car ils n'ont pas compris.
Si le patient s'impose trop ou me demande de voir un autre membre de la famille "du temps que vous y êtes, Docteur", je leur explique, et s'ils insistent, je leur demande d'aller s'excuser auprès des autres patients qui sont dans la salle d'attente.
C'est assez efficace, mais que de temps et d'énergie perdus à faire autre chose que soigner les patients!

Radiale 06/09/2014 16:26

Je suis spécialiste et j'en ai mare de voire des patients sans courier de leur médecin traitant et qui du coup viennent pour n'importe quoi : un truc qui ne me concerne pas ou qui aurait pu être traité par le MT

armance 07/09/2014 10:09

On vous comprend, comme on est parfois vexés devant les demandes de courrier faites par téléphone ou sur le pas de porte en sortant pour des choses que l'on sait tout à fait faire, en se disant que le patient qui fait cette demande n'attend de nous que des services sans considérer nos compétences. C'est un peu caricatural, mais les patientes sont par exemple surprises lorsqu'elles se plaignent du délai de rendez-vous pour une consultation de routine chez un gynécologue, et que je leur explique que j'ai la compétence, tout comme les sages-femmes, pour m'occuper de leur contraception et de leur frottis. Et je ne parle pas de la petite phrase qui revient régulièrement avec les nouveaux arrivants: "vous faites aussi les enfants?".

ASK 05/09/2014 09:13

"Entre deux" : ça me rappelle quelque chose ;-) et ce genre d'histoire de plaques qui résulte d'une réforme pondue à la fin de mon internat a sans doute contribué à mon non vissage de plaque...

Maubouss 03/09/2014 13:45

Ce qui me désole dans ces histoires-là ( on en a tous) c'est que les patients ne mesurent pas ce que leur demande peut avoir de déplacé pour ne pas dire insultant.
"Soyez gentil de me faire un courrier pour que je vois quelqu'un de(plus) compétent (que vous)."
Qui irait voir le boulanger-patissier en bas de la rue pour lui demander "vous pourriez me conseiller un BON patissier ?".

C'est assez spécifique à la MG mais les spés ont aussi des patients qui veulent un courrier pour aller voir un "grand professeur".