armance.overblog.com

Armance, femme, médecin (et mère) de famille

La rhinopharyngite en VOSTFr.

com

- Ah Docteur, j'ai insisté pour venir parce que le petit, il est pas bien. Il a QUA-RAN-TE-ET-UN de fièvre depuis TROIS JOURS.

Il était malfoutu hier, il avait trente huit, mais si je te dis ça je sais que tu vas me dire d'attendre lundi.

- Vous lui avez donné quelque chose pour faire baisser la fièvre?

Il a l'air d'avoir bien la pêche pour un morpion qui avait quarante-et-un degrés de température encore ce matin.

- Il a eu un FEBRILEX en sirop, je lui ai donné une dose pour son poids il y a ... euh... une heure.

Putain elle a l'air de pas me croire! Il faut dire que mon Loulou, il s'est jeté sur la boîte à jouets et il a déjà tout sorti avant que j'aie le temps de m'asseoir. Finalement, je la trouvais pas mal au début, mais c'est peut-être une plaie, cette boîte!

- Et il a autre chose? Il tousse? il a le nez qui coule? Il a mal quelque part?

Après tout, ça peut peut-être arriver, mais bon, quarante-et-un depuis trois jours, d'habitude, ça fout à plat.

- Rrrrrrrrrrrrien! C'est pour ça que j'ai attendu pour venir. Mais ça fait déjà trois jours et c'est bientôt week-end, alors ma Belle-Mère m'a dit comme ça de vous l'amener pour lui marquer des antibiotiques, c'est elle qui me l'a dit.

Je sais que c'est pas votre truc, mais il faut l'avouer, les antibios, ça résoudrait tout le problème.

- Oh là comme vous y allez! On va déjà voir s'il en a besoin. Tenez, donnez-moi la carte VITALE et le carnet de santé, et commencez à le déshabiller pendant que j'ouvre son dossier.

Non mais le coup de ma  Belle-Mère qui dit de passer prendre des antibios, il faut pas me la faire. C'est du genre "tu passeras chez le toubib faire marquer des antibios au petit en passant chercher le pain, aussi!". Il faut pas déconner, je ne suis pas un distributeur à ordonnances sur prescription de la Belle-Mère. Si c'est vraiment vrai, cette histoire, je me ferais un plaisir de filer l'ordonnancier et le stylo à la vieille en lui disant de la faire elle-même, l'ordonnance. Quand je fais ça, ça calme. Mais la mère, ça m'étonne qu'elle vienne me demander ça. D'habitude, elle sait se débrouiller quand les mômes ont la rhino.

- Quand même, quarante-et-un, c'est la première fois qu'il me fait ça, Docteur, et là, j'ai eu peur. Je ne pouvais pas le laisser passer le week-end comme ça.

J'insiste: le week-end arrive, et j'ai des échéances.

- Boââh... Il est pas trop mal, là. Il a le nez qui coule, il a la pêche, je vais l'examiner pour voir si je trouve autre chose. Vous savez, il y a pas mal de grippes qui circulent en ce moment, et à part leur donner un truc pour la fièvre et attendre...

Vous commencez à me les briser menu avec votre terreur du Week-end. Vous parlez comme si on était en plein Mato Grosso, alors que la permanence de soins, on l'assure, c'est pas faute de se cogner des gardes de week-end et en régulation.

- Ce week-end, je ne suis pas là...

Et j'ai de grands projets.

- Ah! Il va chez son père, alors?

Pas de panique, le père il les amène quand il y a besoin chez son toubib, je le connais c'est un gars bien et il bosse aussi le samedi.

- Euh... Non... C'est ma Belle-Mère qui les garde... Je suis invitée chez des amis.

Leur con de père a pas voulu échanger deux week-ends. Je peux te dire que je ne regrette pas qu'il soit parti. Celui-là, même le divorce prononcé il en perd pas une pour me mettre des bâtons dans les roues. Tu comprends que là, il faut pas qu'il y ait le moindre problème, sinon la Belle-Mère, elle va m'appeler pour me dire de venir, et elle va me ruiner mon plan.

- Elle est inquiète, c'est ça? Elle a du en élever d'autres, quand même.

Au moins votre ex-mari.

- C'est que ça fait longtemps, pour elle. Et puis on n'est toujours plus inquiète si c'est pas les siens. C'est pour ça, il faut être sûre qu'il ne se passe rien ce week-end, elle ne veut pas avoir de problème.

Toi, la toubib, t'as pas intérêt à te rater sur ce coup-là! Il est pas question qu'elle me balance un coup de fil au bon moment parce que mon Loulou il est pas bien. J'ai tout goupillé. J'ai quand finalement réussi à caser les mômes, j'ai réservé le restau et l'hôtel, ça m'a coûté bonbon, alors je ne veux pas à avoir à lever le camp parce que le petit a encore trente-huit.

- Bon, son ventre, il est bien. A l'auscultation, il est nickel, il n'a ni bronchite ni bronchiolite, ni bruit bizarre.

Je vais tout de détailler pour parer à toute négociation.

- Vous êtes sûre? Parce qu'il toussait vraiment vilain, cette nuit!

Avec le bruit qu'il a fait, il a même réveillé son frère, c'est curieux qu'elle n'y entende rien, j'en ai passé une nuit pourrie. J'ai les yeux cernés. Et s'il remet ça ce soir, je peux être certaine que ma Belle-Mère, elle passe un coup de bigo demain matin huit heures. Et j'ai pas du tout prévu de me lever tôt.

- Tenez, je vais regarder ses oreilles.

Hoplà.

- Ah oui, regardez-les bien, parce que hier soir, il faisait rien qu'à pleurer en se tenant l'oreille.

Ca lui ferait peut-être marquer des antibios, mais en même temps, si je dis à ma Belle-Mère qu'il a une otite, elle est capable de flipper et se barrer dès cet après-midi.

- Laquelle?

Que je commence par l'autre.

- Euh... Attendez que je réfléchisse... La droite.

Ou la gauche, je sais plus.

- Non, ça va, les tympans on les voit bien, ils sont impeccables.

Non, il a l'air bien ce môme. Je vais voir sa gorge, mais avec ses chandelles au bout du nez, il a plus la tête à avoir une rhino qu'une angine. D'habitude, sa mère, elle insiste pas comme ça, c'est bizarre.

- Allez, on va regarder la bouche, alors. Tenez, je vous le tiens.

Allez, mon Loulou, c'est bientôt fini.

- Il a la gorge bien rouge, mais pas d'angine.

Je le sentais bien.

- Ah!

Ah!

- Donc là, c'est un petit virus qui lui fait ça, on n'a pas besoin d'antibios. C'est pas grave. Il faut juste lui nettoyer régulièrement le nez et lui donner un FEBRILEX s'il a de la fièvre.

Il faut que je me concentre quand je dis ça, parce que je le dis tellement de fois dans la journée, c'est devenu tellement automatique que je suis capable de caser un énorme lapsus au milieu sans m'en rendre compte.

- Oui, mais si ça s'aggrave dans le week-end, comment elle fait, ma belle-Mère?

Ah non! Je lâche pas le morceau, c'est trop important.

- Mais ça n'a aucune raison de s'aggraver, il n'a pas de problème de santé particulier, il va s'en remettre comme les autres fois jusqu'ici!

Qu'est-ce qui lui prend? Il se passe un autre truc, mais je ne comprends pas quoi.

- Oui mais quand même, de la fièvre comme ça, c'est la première fois.

Allez, allez, allez, allez...

- Il peut avoir la grippe: ça donne de la fièvre élevée pendant plusieurs jours. Il est un peu petit pour nous dire s'il a des courbatures. Dans ce cas, on lui donne juste du FEBRILEX et on attend que ça passe. Ca lui est tombé dessus d'un coup?

Je ne comprend pas son insistance, c'est pas son style, et le petit, il a l'air pas mal du tout.

- D'un coup d'un seul! Il était tout bien le matin, et patatras, au lever de la sieste, il avait quarante et quelques.

C'est peut-être un signe inquiétant, si elle le demande. On va essayer comme ça. Non, cette fois-ci, il faut pas que je me loupe. C'est la première fois que j'ai enfin une touche valable depuis que je me suis inscrit sur Meetic. Les autres, ils se sont tous barrés quand ils ont su que j'avais des enfants. Celui-là, il dit que ça ne le dérangerait peut-être pas, il faut pas lâcher maintenant!

- Ah! Ben ça doit être une bonne grippe, alors, enfin, à considérer qu'une grippe puisse être bonne.

Et voilà, je me suis encore laisser glisser dans l'abus de langage dans toute sa splendeur: une grippe, c'est pas trop grave, mais c'est vraiment pas bon. On est mal quand on l'a. Je ne sais pas pourquoi on dit ça, on dit pas "un bon cancer"!

- Alors vous ne me donnez rien de plus?

Aïe! Ca y est! Ma Belle-Mère va prendre le flip, je parie qu'elle va m'appeler ce soir s'il tousse.

- Je vais vous faire une ordonnance de FEBRILEX pour ne pas que vous soyez à court ce week-end, il faut juste lui faire des lavages de nez, et ça va finir par passer tout seul, comme les autres fois.

Nan, je ne lâcherai pas d'ordonnance d'antibio!

- Mais il arrête pas de tousser toute la nuit, vous verriez, il s'étouffe. Alors je le mouche, je le mouche, et ça coule toujours. Et il dort pas la nuit, vous avez vu comment il est fatigué?

Donnez-moi quelque chose au moins pour que la Belle-Mère elle ait quelque chose à lui donner et qu'elle puisse dormir! Si je reviens de chez le médecin sans ordonnance, au moindre truc elle va me rappeler en disant qu'"il lui faut quelque chose".

- Bon, vous voulez que je lui marque un sirop pour calmer la toux?

Bon, allez, on va se dire que c'est un moindre mal.

- Vous pouvez pas lui mettre des suppos, plutôt?

Comme ça, on est sûr qu'il le prend.

- Des suppos? Vous y tenez? Vous ne voulez pas plutôt lui faire prendre les médicaments par la bouche?

Encore les suppos! Mais on peut pas laisser tranquilles les fesses des enfants! Il faudra un jour que je fasse un billet de blog là-dessus! Quand je pense qu'il y a plein de pays où ça existe même pas.

- Oui, oui, et puis mettez-moi aussi le pschitt-pschitt pour le nez que vous avez donné à son frère, j'en ai plus, et ça lui faisait du bien.

Bon comme ça, ça devrait aller. Les suppos, un truc pour le nez, elle sera rassurée, ma Belle-Mère. Normalement, elle devrait pas me rappeler. Parce que là, je veux être sûre d'être tranquille. J'en ai marre de me coltiner les deux petits toute seule. Ils sont mignons, je les aime bien, mais bon, soit je suis au boulot, soit je les ai dans les jambes, et le lit, il est froid. J'en ai marre d'être seule, je vais pas rester célibataire toute ma vie. Alors pour une fois...

- Bon, OK, on fait comme ça. Je vous fais l'ordonnance. Je vous marque tout en détail dessus, pour que votre Belle-Mère puisse s'y retrouver. Vous lui expliquerez?

Allez, c'est bon, j'ai un peu l'impression de me faire dicter l'ordonnance, mais ça ira comme ça. La Belle-mère sera rassurée pour s'occuper du petit.

- Oh oui, comptez sur moi!

Plutôt deux fois qu'une.

- Bon, ben très bien. Je finis de passer la carte VITALE et je vous la rends.

Des sous!

- Tenez, voilà le chèque.

Vous avez vu? Je l'avais fait à l'avance.

- Merci. Je vous rends la carte, j'ai mis l'ordonnance dans le carnet de santé.

Voilà.

- Merci, au revoir, je vous dis pas "à bientôt", parce que si on vient c'est qu'on est malades!

Allez, il faut que je vais faire courses pour remplir le frigo et hop, je file! A moi le week-end!

- Au revoir!

Non, ben finalement je pense qu'elle est venue juste parce que sa belle-mère était inquiète.
Print
Repost

Commenter cet article

La Petite Coco 02/02/2014 11:42

moi aussi je suis stupéfaite des gens qui veulent des médicaments à mettre dans tous les trous du corps humains..... le truc dans le pif, le suppo dans le bibi, l'ovule dans le baba, les gouttes dans les oreilles etc... Ca me laisse perplexe !

docmanosque 26/01/2014 00:40

Très bon ! Ca ressemble tellement à beaucoup de consultations que je fais en ce moment. Des gens qui sont capables d'attendre 2 ou 3 heures pour une banale rhino-pharyngite, qui veulent l'antibiotique, le sirop, le paracétamol, le pschitt pour le nez et la gorge et 3 jours d'arrêt. Des fois j'ai l'impression de prêcher dans le désert, en expliquant que c'est viral, que prendre un antibiotique c'est comme pisser dans un violon, que les pschitts dans le nez c'est pas bons et que le paracétamol n'est même pas obligatoire chez les enfants : que si la fièvre est mal tolérée ...

armance 26/01/2014 14:47

Et les enjeux autour d'un petit nez qui coule ne sont pas toujours ceux que l'on soupçonne.