armance.overblog.com

Armance, femme, médecin (et mère) de famille

Le Meilleur Omnipraticien.

com

Chers blogolecteurs, chères blogolectrices, bienvenue sur notre plateau, vous êtes nombreux à venir assister ce soir à la finale de notre jeu du "Meilleur Omnipraticien".

Je vous rappelle que ce concours a fait s'affronter au cours des dernières semaines les candidats tous talentueux et motivés dans des épreuves successives qui nous permettront de désigner enfin ce soir lequel ou laquelle sera le ou la meilleur d'entre eux.

Ils ne sont plus que trois à se disputer le titre de "Meilleur Omnipraticien", qui permettra au vainqueur de remporter une table d'examen, un moule à Kouglopf et un abonnement d'un an à Paris-Match pour garnir la salle d'attente.

Vous les avez suivis depuis plusieurs semaines, vous les avez vu consulter sous l'oeil de notre jury composé de Dr. Vualatélé, médecin médiatique, spécialiste de l'explication de texte sur plateau télé, et de Biscotte, blogueuse-détenteuse-d'avis-éclairé, avec une voix-off qui vous a expliqué en détail tout ce qui était filmé au cas où vous n'auriez pas suivi ou pas compris, on ne sait jamais.

Pour cette finale, ne restent que trois candidats en lice: ils ont survécu à toutes les autres épreuves, même si ça a été parfois ric-et-rac, il faut bien créer un peu de tension pour que les spectateurs reviennent. Je vous présente donc pour la grande finale du "Meilleur Omnipraticien" les trois candidats:

- Dr. Dévoué. A soixante-cinq ans, le Dr. Dévoué exerce dans le joli village de PetitBled, aux confins du Loir-et-Deule et de la Saône-et-Arve. Aimé de tous, il se dévoue corps et âme à tous les habitants du canton dont il peut vous réciter les arbres généalogiques sur huit générations. Il semble qu'il ait été marié il fut un temps, mais ça, c'était avant. Il tente désespérément de trouver un successeur qui reprenne son cabinet, ses patient, et si possible aussi sa maison avec la piscine et même le chien car il compte se tirer de ce bled paumé pour sa retraite. Son copain le maire lui file un coup de main, mais il faudrait se dépêcher de trouver un jeune parce que les élections municipales approchent.

- Dr. Padici. A quarante ans, le Dr. Padici, de signe Prescririen ascendant Formindep, exerce à BledMoyenEnVoieDUrbanisation dans une structure pluridisciplinaire autogérée. Attentif à l'état de santé de ses patients, il essaie également comme il peut de rationaliser l'usage du système de soin, du moins à son échelle, et accessoirement préserver sa vie familiale. Il a la foi en la prévention et l'éducation des patients, mais se sent parfois un peu isolé dans son combat. Un peu geek, il lui arrive de se défouler sur les réseaux sociaux entre deux consultations avec des individus qui paraissent lui ressembler, mais qui habitent tous loin. Son prochain projet est de se lancer dans la formation pratique des jeunes médecins généralistes.

- Dr. HamsterDansSaRoue, cinquante-deux ans, habite en centre-ville de CapitaleRégionale, et a une grosse clientèle. Adepte de la salle d'attente bondée et de la consultation en nocturne, il commence à se fatiguer et se demande comment faire pour inverser la tendance sans se retrouver le bec dans l'eau. Il se dit que participer à ce truc lui fera prendre l'air, ses seuls loisirs jusqu'ici consistant en des réunions entre congénères organisées par des laboratoires pharmaceutiques, où ils se comparent leurs voiliers et leurs URSSAF en jouant à qui aura le plus gros. Il a réussi à se trouver un remplaçant pour la durée du concours, mais ce dernier lui a déjà envoyé plusieurs SMS de détresse, étant en phase de pré-burn-out dès la deuxième semaine, alors qu'il ne fait même pas de garde ce petit branleur.

Après l'épreuve "Administrative", et l'épreuve "Visite à domicile", nous allons passer maintenant à l'épreuve dite "Technique", après la pause publicitaire.

XXXXXX Gingle publicitaire XXXXXX

- Vous avez peur du cancer de la prostate? Parlez-en à votre médecin!

- Vous avez plus de 50 ans, et pis non, de 40 ans, tant qu'on y est, et deux seins? N'oubliez pas d'en parler à votre médecin!

XXXXXX Re-gingle publicitaire XXXXXX

Chers blogolecteurs, chères blogolectrices, Nous voici donc maintenant arrivés au seuil de l'épreuve "Technique".

Musique grave. La production a un gros budget-nappes-de-synthé-façon-contrebasse.

Et c'est Dr. Vualatélé, engoncé dans sa veste à pieds-de-poules et sa cravate brune et or, barbe de trois jours savamment entretenue, droit et solennel, qui parle:

- Chers candidats... vous avez affronté de terribles épreuves... Vous vous en êtes toujours tiré jusqu'ici... Nous allons devoir vous départager à la suite de cette semaine... cette épreuve sera très sélective... Chers candidats... Pour cette épreuve technique... Vous aller devoir revisiter... la RHINOPHARYNGITE FEBRILE DU MARMOT.

Cascade de synthé imitation-violons, puis silence, et montage qui met en valeur les concurrents qui s'échangent des regards en haussant les sourcils.

- Vous avec quinze minute: à vos marque, prêts, CONSULTEZ!

Irruption de volutes de synthé façon-violons-en-pizzicati.
XXXXXX Note de la production: pour préserver le secret médical, on vous racontera en gros sans donner de nom, mais on ne vous montrera rien. On a fait des essais, mais il fallait flouter les patients, le décor du cabinet, l'écran de l'ordinateur. On s'est dit que trois fois quinze minutes avec juste la tête du toubib en net dans une image toute floutée et une voix du patient modifiée, c'était pas très télégénique. En tous cas, ça faisait fuir les annonceurs, alors on a écourté, et on va passer directement au classement. XXXXXX

C'est de nouveau Dr. Vualatélé qui prend la parole. Biscotte est à côté de lui, à l'abri derrière sa frange et ses lunettes, le regarde et acquiesce à tout ce qu'il dit. On ne sait toujours pas trop à quoi elle sert, ni d'où elle vient, ni ce qu'elle fait, mais elle fait joli avec son pull à col roulé et sa chemise à carreaux par dessus. On suppose que sa fonction est de permettre de dire "les membres du jury" au pluriel.

- On va commencer par Dr. HamsterDansSaRoue. Alors vous, au niveau timing, pas de problème, vous êtes même large! En dix minutes c'est plié, paiement et feuille de soin comprise. C'est vrai que l'épreuve est classique, pour vous comme pour le patient et sa mère.

- Ah ça! La rhino du p'tit, c'est une valeur sûre, pour moi. Je suis parti sur une rhino classique, comme j'en vois des milliers chaque année.

- Oui, vous avez bien su mettre en valeur le produit.

- Oh oui! Il faut dire que quand le produit de base est bon... Un bonne rhino qui mouche vert avec fièvre, glaires, une toux grasse...

- La Maman est satisfaite, elle est passée vite. On pourrait simplement vous reprocher une ordonnance un peu longue, avec un antibiotique, ça, c'était pas très utile...

- Ben la mère, elle râle parce qu'il a le nez qui coule, alors je lui mets un truc pour le nez, il tousse la nuit, alors il lui faut un sirop pour la toux, il a de la fièvre, alors je lui met deux sirops contre la fièvre pour alterner, sinon elle va me rappeler parce qu'elle trouve que la fièvre ne descend pas, et des antibios sinon ça va encore tomber sur les bronches et elle va me le ramener dans deux jours...

- Du classique, quoi.

- Ouais, c'est ça, du classique. On finit par bien maîtriser, à force...

Gros plan sur le sourire du Dr. HamsterDansSaRoue.

- Bon maintenant, on va passer au Dr. Padici. Ah! Vous, au niveau technique, c'est top! Vous avez pesé et examiné l'enfant après l'avoir complètement déshabillé, vous lui avez lavé le nez avant de l'ausculter pour montrer à la mère comment on fait, lui montrer l'efficacité, et éviter de diagnostiquer une bronchite qui n'existe pas. Bravo. Vous avez même rempli le carnet de santé en écrivant lisiblement, en notant le poids. Votre ordonnance est plutôt sobre: un machin pour la fièvre, et même le prochain vaccin à faire pour dans deux mois. Là, c'est top! Mais voilà, il y a un truc qui pêche toujours avec vous, c'est le timing. Vingt-deux minutes, pour une rhino de marmot, c'est vraiment limite. N'oubliez pas que la durée moyenne d'une consultation, en France, c'est quinze minute, pas vingt-deux! Là, elle va être remplie, la salle d'attente, mais les gens, ils vont râler! Et je vous explique pas le retard cumulé en fin de journée!

- Ouais, je sais, c'est ma faiblesse. Même quand on est sur un truc simple comme ça, je me fixe plein d'objectifs! Bon, c'est vrai, je les ai fait mariner d'abord un peu dans la salle d'attente, mais c'est pour ne pas avoir besoin de les faire revenir. J'ai perdu du temps à lui expliquer que le sirop pour la toux ça servait pas à grand chose et pourquoi on ne marquait plus les pschit-pschit pour le nez. Mais bon, je reste optimiste, parce que je me dis que ça, je n'aurai pas besoin de lui réexpliquer la prochaine fois, et peut-être même qu'elle saura se débrouiller sans moi les premiers jours la fois suivante...

- Vous voyez très loin, ça pourrait presque aller en finale, mais le risque à long terme, c'est de dégarnir votre salle d'attente!

- Au fond, je crois que c'est mon rêve: voir les gens moins souvent, mais plus longtemps.

- Vous ne ferez pas fortune dans ce métier!

Gros plan et nappe de synthé-contrebasse sur le regard désabusé du candidat.

- Dr. Dévoué. Vous, votre truc, c'est l'affectif. Pour une rhino, c'est bien. La maman est contente, elle part rassurée. Votre timing est bon, quinze minutes pile. Le diagnostic vite confirmé.

- On ne me la fait plus. Dès la salle d'attente, à la gueule du môme, je sais ce qu'il a. Comme dit Céline, je pourrais faire l'ordonnance depuis mon lit. Et puis j'ai bouffé un réveil quand j'étais petit. Quinze minutes, je n'ai plus besoin de vérifier pour les tenir.

- Oui, d'ailleurs on a vu que vous avez oublié de déshabiller l'enfant. Vous avez été très présent avec la maman.

- Ouais, elle en a un peu marre parce que son mec, il est pas très présent, alors quand le gosse est malade, c'est elle qui s'y colle et ça lui pèse. Sa mère déjà c'était pareil. J'ai connu son père, c'était pas un rigolo, il en pas changé souvent, des couches.Et j'vous parle pas du grand-père, vous l'avez pas connu mais moi oui: méchant comme la gale! J'en ai profité pour prendre des nouvelles de la Mémé: comme elle va bien, ça m'évitera de retourner la voir cette semaine.

- L'ordonnance est pas mal, vous avez mis deux médicaments pour la fièvre, mais bon, vous avez le même défaut que votre confrère: les antibiotiques...

- Je sais, c'est pas automatique, mais bon, on a toujours fait comme ça, la mère, elle comprendrait pas que j'en mette plus...

Gros plan sur le soupir du Dr. Dévoué.

Dr. Vualatélé se tourne vers Biscotte:

- Ah là, c'est serré, hein, c'est très serré. Nos candidats ont tous des qualités, et ça va être très difficile de les départager!

Biscotte acquiesce en gloussant, et le Dr Vualatélé reprend:

- Biscotte et moi allons donc nous retirer maintenant pour délibérer, et nous vous retrouvons pour le verdict et la dernière épreuve après une pause publicitaire.

XXXXXX Gingle publicitaire XXXXXX

- mal de tête? fièvre? prenez un FEBRILEX! Pas d'utilisation prolongée sans avis médical.

- Allumette qui se consume trop vite? Parlez-en à votre médecin. S'il ne reçoit pas les visiteurs médicaux, il n'aura rien d'autre à vous proposer que de vous écouter, mais c'est déjà pas mal.

XXXXXX Re-gingle publicitaire XXXXXX

Mesdames-z-et-Messieurs, retour sur le plateau du "Meilleur Omnipraticien"!

Je vous rappelle que nos trois candidats s'affrontent pour la finale. Un seul sera le vainqueur, et remportera le titre très envié de Meilleur Omnipraticien de France, et aura le droit de revêtir une blouse avec un col tricolore.

A ce stade de la compétition, plus aucun d'entre eux n'a droit à l'erreur, d'autant qu'ils sont tous à parfaite égalité à l'issue des trois premières épreuves.

Seule la quatrième épreuve saura les départager. Le suspense est à son comble.

C'est maintenant le Dr. Vualatélé qui va avoir le privilège de lancer la dernière épreuve, sur fond de synthé-contrebasse:

- Cher candidats... Vous, Dr. Padici... Vous, Dr. Dévoué... Et vous, Dr. HamsterDansSaRoue... Vous êtes maintenant au plus haut niveau... A ce stade de la compétition, le moindre petit détail compte... Pour cette épreuve "Créative"... Nous vous demandons de nous surprendre... Vous aller devoir vous affronter... sur... LA DEMANDE D'ARRET DE TRAVAIL!

Gros plan sur les moues inquiètes des candidats.

- Je vous rappelle le thème de cette épreuve: un jeune homme vient vous voir en disant "c'est juste pour un arrêt de travail". A vos marques! Prêts? Consultez!

XXXXXX Gingle du jeu XXXXXX

Pour gagner la somme de vingt-trois euros et l'équivalent de votre consommation d'un an de paracétamol, il vous suffit de répondre à la question suivante:

Quel est le thème de l'épreuve technique:

- L'infarctus du myocarde.

- La sclérose tubéreuse de Bourneville.

- La rhinopharyngite.

Envoyez vos réponses par SMS super-surtaxé au numéro qui s'affiche sur votre écran.

XXXXXX Re-gingle du jeu XXXXXX

Retour sur notre plateau pour le résultat final du "Meilleur Omnipraticien" passons directement au résultat de l'épreuve "Créative", parce que les spectateurs ne vont pas tarder à avoir envie de se coucher.

- Dr. HamsterDansSaRoue, alors là, je ne sais pas ce qui vous a pris!

- J'ai craqué!

- Sept minutes vingt, c'est un peu court!

- Je sais pas, j'ai craqué. L'arrêt de travail demandé comme ça, direct, parce qu'il est fatigué, ça m'a énervé. Moi aussi, je suis crevé, et je vais au taf quand même. De toutes façons, j'y ai pas droit, aux arrêts de travail.

- Mais de là à l'insulter...

- Il faudrait que je fasse la formation pour apprendre à refuser un arrêt de travail posément. Je ne sais pas le faire sans engueuler les gens. Quand même, à son âge, je m'enquillais deux gardes sans dormir et j'allais me finir en boîte la troisième nuit. Lui, il est militaire, et il vient me dire qu'il est fatigué!

- Du point de vue du coût pour la collectivité, pour une fois, vous avez été économe: vous ne lui avez pas fait d'arrêt de travail, et il est parti sans payer. Mais du point de vue empathie, vous étiez hors sujet. Et ça, ça passe pas en finale!

Gros plan sur les larmes qui perlent sur les joues du Dr. HamsterDansSaRoue. Il se prend la tête dans les mains, et les autres concurrents viennent tour à tour le serrer dans leurs bras et le réconforter, comme si aucune rivalité ne s'était jamais manifestée entre eux. Biscotte commente:

- Ah! C'est la pression de la compétition! Heureusement qu'il reste la solidarité confraternelle, c'est beau!

Le candidat s'essuie les yeux comme il peut.

- Passons maintenant au candidat suivant. Dr. Dévoué! Vous, on commence à vous connaître... Timing parfait...

- Hé hé! Quinze minutes pile!

- La technique est pas mal. Vous êtes parti sur un arrêt de travail d'emblée.

- Ah ouais. Le pauvre petit, vous pouvez pas comprendre, vous. Il est militaire, il me disait lui-même que c'était pas trop crevant, comme boulot: ils font pas grand chose, mais ils le font de bonne heure. Mais bon, avec sa femme, ils ont eu un petit il y a huit mois, et le marmot, il fait pas encore ses nuits. Et puis sa mère est malade, en ce moment, et elle l'a élevée seule. Je me souviens encore quand son père a foutu le camp du jour au lendemain, sa mère, la pauvre, elle a du apprendre à se démerder, et...

- Oui, bon, mais vous ne l'avez pas examiné.

- Si! Je lui ai pris la tension!

- Et?

- Ben, je lui ai pris la tension, quand même. Je l'ai arrêté une semaine, s'il est pas bien, il reviendra dans une semaine, et je l'ausculterai.

- Soit. C'est clair, efficace et sans fioriture, mais c'est pas complet. C'est un poil léger pour une finale.

Gros plan sur le sourire posé du Dr. Dévoué.

- Candidat suivant: ah vous, Dr. Padici, vous vous êtes donné à fond pour cette épreuve. On peut dire que vous allez au fond des choses. Vous arrivez même à poser un diagnostic précis dès la première consultation!

- Ben ouais.

- Vous avez tout décortiqué: il est militaire, il revient d'opération au Mali. Il a déjà demandé un arrêt au médecin de la base qui lui a refusé parce qu'il en avait déjà fait trop à d'autres collègues dans la même situation. Vous avez trouvé le petit fil de laine, et vous avez entrepris de défaire la pelote.

- Ben en fait, je me suis méfié, parce que ceux que je connais qui sont allés au Kosovo et en Afghanistan sont revenus du Mali en disant que là-bas, c'était plus dur qu'ailleurs. Alors quand il m'a dit que c'était son premier départ en opération, je suis allé chercher dans cette direction.

- Et vous allez plus loin: vous découvrez que depuis deux mois, il est fatigué, démotivé, il fait des cauchemars très violents où il entend des coups de feu et voit des cadavres, qu'il se sent irritable, qu'il s'énerve pour un rien.

- Ouais, alors j'ai pensé à sa femme et à sa fille que j'ai vues la semaine dernière parce que la petite pleurait la nuit: je lui ai posé la question, il m'a dit qu'il n'avait pas été violent avec elles et qu'il avait peur de le devenir.

- Vous avez aussi pensé au risque suicidaire, à la prise de toxique, d'alcool...

- Ah ben ouais, c'est la base.

- Et là, vous avez été un peu trop perfectionniste. Vous avez cherché à savoir s'il comprenait ce qui lui arrivait, quelle était la réaction de son entourage professionnel et s'il avait été prévenu du risque.

- Ben ouais, je sais qu'ils ont trois jours de décompression avant de rentrer, mais c'est vrai que c'était un peu par curiosité que je lui ai demandé si on lui avait parlé du syndrome de stress post-traumatique, mais apparemment non. Il m'a dit qu'ils parlaient entre gars qui reviennent de là-bas, mais qu'ils se sentaient isolés des autres, et avaient peur pour leur carrière s'ils consultaient un psy dans le cadre de l'armée.

- Oui... Bon... Ben voilà, quoi. Euh... Chut!

Le Dr. Vualatélé regarde le bout de sa chaussure, à la recherche d'une idée pour enchaîner, puis reprend:

- Maaaaiiiiiis, surtout, vous avez perdu un temps précieux. Je sais bien que le timing n'est pas votre truc, mais là, cinquante-cinq minutes, c'est éliminatoire! Imaginez le retard! C'est plus un décalage, c'est une désorganisation complète! A ce niveau de la compétition, c'est impensable! Imaginez que vous fassiez quatre ou cinq consultations comme ça le même jour!

- C'est sûr, ça risque d'être tendu.

Le Dr. Vualatélé, flanqué de Biscotte qui continue de glousser à sa droite, s'adresse maintenant au public:

- Cher blogolecteurs et chères blogolectrices, nous allons maintenant vous donner notre verdict.

Retour des contrebasses synthétiques.

- Le jury a longuement délibéré, car la compétition était vraiment très serrée, les candidat très talentueux. Le vainqueur de cette première édition du "Meilleur Omnipraticien"...

Gros plans successifs sur les visages de chacun des candidats, le regard au loin devant eux.

- ... n'a pas pu être désigné: Vous étiez à égalité à la fin de l'épreuve technique, et vous avez tous échoué à l'épreuve créative. Vous restez donc à égalité. Le jury a donc décidé de remettre le prix en jeu pour la prochaine saison. Chaque candidat recevra un moule à Kouglopf en lot de consolation.

Les candidats s'embrassent et se congratulent mutuellement, et le Dr. Vualatélé reprend:

- Quant à Biscotte et moi, nous vous donnons rendez-vous dans un an pour une nouvelle édition du "MEILLEUR OMNIPRATICIEN"!!! Nous comptons sur vous!

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sorgina 31/12/2013 14:27

Très bon article, bravo!

Jean 29/12/2013 23:08

Littéralement GENIAL

Litthérapeute 28/12/2013 11:52

Excellentissime ! Brevetez le concept de l'émission, on risque de vous le piquer ! ;)

Cazaubon 21/12/2013 18:44

Vous regardez trop la télé.

Radéchan 21/12/2013 14:48

Bravo. C'est poignant de vérité. Très triste. On voit bien qu'il n'y a pas de solution. Merci pour l'écriture.

pujol 21/12/2013 13:02

Excellent. Á pleurer de rire.

LaurenceL 21/12/2013 07:47

C'est génial ! Bravo

DocAdrénaline 21/12/2013 00:59

Tu es FABULEUSE.

Maaskin 20/12/2013 23:51

J'ai une super adresse de moules à kugelhopf sur Paris si vous avez besoin pour le tournage. (C'est que j'ai eu du mal à trouver pour Noël)

ICH8412 20/12/2013 23:26

Mais il FAUT le tourner! Magnifique scénario! Meme les pubs.

@DrLaeti 20/12/2013 23:01

Mais ouiiiii! Mais c'est (pardon, ce serait) trop ça!