armance.overblog.com

Armance, femme, médecin (et mère) de famille

Un peu de zoologie.

com

Si j'en crois Wikipédia, qui tend à devenir la source principale des copier-coller que servent nos ados quand leurs enseignants leur demandent de créer des exposés, "le mot lapin (/lapε̃/) est un terme très général qui désigne plus d'une vingtaine d'espèces de mammifères à grandes oreilles de la famille des léporidés, réparties dans neuf genres biologiques".

Vous voyez, les enfants? Moi aussi je suis capable de faire un copier-coller sur Wikipédia!

Mais wikipédia ne sait pas tout, car Wikipédia ne m'a pas demandé mon avis à moi sur le lapin.

Un peu d'étymologie, tout d'abord! Wikipédia ne nous renseigne pas beaucoup là-dessus.

Le mot "Lapin" vient tout simplement du latin "lapinus, lapini" (deuxième déclinaison) au masculin, "lapina, lapinae" (première déclinaison) au féminin, nom commun désignant "personne qui a oublié de téléphoner pour dire qu'elle ne viendrait pas à son rendez-vous". Le verbe "lapinisier" y est associé, issu directement du verbe latin "lapino, lapinas, lapinare, lapinavi, lapinatum" dont le sens premier est "j'oublie de téléphoner pour prévenir".

La page Wikipédia mentionne le verbe "lapiner" au sens de "mettre bas", nuance qu'il faut bien saisir, même si les deux actions peuvent être intriquées.

Chose ignorée du grand public et des encyclopédies, le lapin est donc un animal très présent dans les cabinets médicaux, n'en déplaise aux patients lapinophobes, qui se rendent pourtant rarement compte de leur cohabitation avec le rongeur à grandes oreilles.

Sa présence est de plus en plus remarquée depuis que les médecins ont engagé progressivement un mouvement d'abandon de la consultation sans rendez-vous, où il est quasi-invisible, au profit de la consultation programmée.

Comme aucun naturaliste n'a pris la peine d'observer sa présence et son comportement dans les cabinets, on ne sait pas vraiment ce qu'il fait, ni ce qu'il mange, on sait simplement qu'il se reproduit.

Bien que se manifestant principalement de jour, le lapin de cabinet médical est effectivement un animal difficile à observer tant il brille par son absence, qui est sa définition même. On ne peut donc pas précisément décrire sa taille, son pelage, la longueur de ses oreilles, la couleur de ses yeux. On peut parfois apercevoir le "lapiniseur", auteur du lapin, quand celui-ci n'hésite pas à revenir sur le lieu de son forfait. Il est reconnaissable à sa bouche en forme de coeur qui émet souvent une excuse en forme de bidon pour obtenir un autre rendez-vous logiquement urgent, le précédent ayant été manqué.

Le mode de reproduction du lapin est également mystérieux: on ne parle que de lapin, dans un cabinet, jamais de hase ou de lapine, mais il semble qu'au cours des années, leur population soit stable, voire en augmentation, l'estimation variant selon l'humeur et le degré de fatigue du praticien, mais aussi selon les implications politiques et syndicales du moment.

Dans toute conversation hors du cabinet, la présence du lapin soulève l'indignation. Les syndicats se sont même emparés du sujet: les lapin source d'un manque à gagner. Le lapin coûterait des sommes considérables aux médecins libéraux chaque année. Dans un cabinet de médecine générale, il faut savoir qu'un lapin coûte à sa victime la somme de vingt-trois euros pour un lapin adulte, vingt-six à vingt-huit euros pour un lapereau de moins de six ans selon l'âge. C'est toujours ça, me direz vous, mais en ce qui me concerne, je pense avec moi-même que le coût du lapin est bien plus organisationnel et relationnel que financier.

Les médecins et secrétaires médicales expérimentés savent prévoir la survenue du lapin, ou en tous cas faire une estimation fiable de sa probabilité de survenue dès la prise de rendez-vous.

Le lapin surgit souvent lorsque le rendez-vous a été demandé avec un délai extrême. Il se fait connaître fréquemment pour les rendez-vous pris super à l'avance "parce que cette fois, je m'organise bien", mais le plus souvent pour les rendez-vous accordés "tout-de-suite-là-maintenant-c'est-URGENT".

La probabilité de survenue du lapin est aussi nettement proportionnelle au pinaillage engendré par le choix de l'heure de rendez-vous, quel que soit le délai. Plus la négociation est longue et compliquée, les concessions demandées grandes, plus certaine est la venue du lapin.

Selon une étude statistique prospective faite par moi dans mon cabinet sur les patients qui prennent rendez-vous avec moi, il n'existe aucun lien entre le lapin et le tiers-payant. Les patients en accident de travail ne lapinisent jamais, ceux qui bénéficient de la CMU pas plus que ceux qui paient leur consultation. Il existe en revanche des familles de lapineurs maintenant bien identifiées, et informées, qui ont en leur possession des cartons remplis d'excuses qui leur permettent un dédouanement à leurs yeux: "c'était pas un lapin, puisque j'ai pas fait exprès".

Certains lapins, au-delà du préjudice financier, sont plutôt tendres, et soulagent secrètement le médecin débordé: le lapin de milieu d'après-midi bondé qui, au mieux, apportera un moment de pause, au pire, tamponnera le retard.

D'autres lapin sont plus difficiles à avaler. Celui de début de journée est un peu coriace, mais peut être adouci par l'adjonction d'un café. Celui de fin de journée est plus difficile à avaler, même en mâchant bien, d'autant qu'il s'agit souvent d'un rendez-vous accordé "en plus" après négociation âpre. Le lapin de garde est extrêmement amer, pour ainsi dire indigeste, surtout quand il a fallu, en dehors des heures de travail déjà nombreuses, sur demande des patients et par l'intermédiaire de la régulation du SAMU, reprendre la voiture, quitter sa maison et se rendre au cabinet pour attendre. Ce lapin là n'est pas fréquent, mais existe bel et bien, et m'a donné par deux fois envie de couper mon téléphone et quitter ma garde.

Les études d'EBR ("Evidence Based Rabbit" ou "lapin fondé sur des preuves") montrent qu'il existe deux catégories de lapinage: le lapinage primaire, qui s'effectue dans le planning du médecin de famille, et le lapinage secondaire, effectué dans celui d'un correspondant.

Ces études tendent à montrer que le lapinage secondaire chez un spécialiste pour un rendez-vous négocié par le médecin traitant peut avoir un impact négatif sur la relation entre les médecins de famille, désignés par notre ministère de tutelle comme pivot du système de soin, et leurs confrères spécialistes. Le lapinage secondaire retentit indirectement sur la prise en charge des autres patients, ce qui est plus grave. En effet, si de nombreux spécialistes font confiance aux généralistes dans l'appréciation du degré d'urgence des actes négociés, un lapiniseur est capable de ruiner à lui seul le lien de confiance entre deux médecins, car, contrairement à la croyance populaire, lorsque j'appelle un spécialiste pour avoir un délai de consultation court, je ne l'obtiens pas de par mon statut de médecin, mais de par la façon dont j'ai déjà évalué et géré la situation.

Les observations effectuées dans mon propre planning un jour pluvieux de comptabilité ont mis en évidence le caractère saisonnier du lapinage. Il semble que le lapin obéisse à un cycle annuel. Sans connaître avec exactitude sa période de reproduction, on l'observe avec une plus grande fréquence aux beaux jours, avec plus de rareté en période de grippes.

Sans connaître le lien biologique, il semble que le lapin, à l'instar de la laitance dans les huîtres, soit rare les mois en R, abondant les mois sans R.

Print
Repost

Commenter cet article

apiculteur 27/11/2013 14:28

C’est plutôt une profonde analyse du terme « lapin ». Il y a des choses que je ne connais pas dans ce que tu as écrit. Par exemple, lapiniser, je ne savais pas que ce mot existait ni d’ailleurs lapiner. Et je ne me trouve très ignorant encore plus quand tu parles de lapin de cabinet médical…

armance 27/11/2013 19:20

"Lapiniser": poser un lapin.
J'ai trouvé le terme "lapiner", que je ne connaissais pas avant, dans la page Wikipédia consacrée au lapin.

dr vivi 15/11/2013 21:41

Les lapins ont besoin d attention, ma secrétaire rappelle tout les patients la veille, et les lapins se transforment en doux agneaux, touchés par tant d attention, ou bien laissent leur place pour de potentiels urgences, testé, approuvé et pas cher grâce à un secrétariat à distance efficace...ramener les brebis égarées

Annick 12/11/2013 16:14

Ah que ça fait du bien !!!
J'ai un élevage de ces bestioles qui me ronge mes journées.
Environ 10 % des RDV, soit en fin d'année 1 mois passé à attendre...
A quand les dresseurs de lapins (métier d'avenir ! ), parce que les "délapineurs,", ça risque d'être un peu violent non ?

armance 12/11/2013 19:13

Les lapins aussi ont droit à être soignés. Exigeons d'eux comportement adapté et non une migration systématique afin qu'ils le soient dans de bonnes conditions!

bluerhap 11/11/2013 09:59

Je vous propose ce traitement expérimental, inspiré de mes amis "psys", et qui me semble empiriquement très efficace :
1) note dans le dossier du patient de l’infamant "NVNE le xx/yy/20zz"
2) à la prochaine consultation "Ah tiens, vous m'avez lapiné le tant du tant à telle heure ?" "Ah oui, docteur, c'est parce que ..." "Oui, je comprends bien, mais de mon côté moi j'avais réservé un créneau de consultation pour vous, et du coup je ne gagne pas ma vie durant ce temps là" "Ah ben oui mais je suis désolé (sur le ton de "c'est ton problème, mon gars, perso j'en ai rien à foutre)" "Donc, je vous préviens que dans ce cas là, si ça vous arrive de nouveau, je vous demanderai de régler le montant de la consultation" "Bah, c'est pas grave, je serai remboursé par la Sécu" "Ah ben non, parce que dans ce cas là je ne vous fais pas de feuille de soins, vous comprenez bien que la collectivité paye pour que vous vous soigniez, pas pour les RV ratés" "Ah bon ..."
Taux de récidive à peu près nul, et quasi-pathognomonique d'un trouble psychiatrique sévère !

bluerhap 11/11/2013 12:36

Non, ce n'est pas un dépassement. Tu as le droit de facturer des actes HAM. En théorie, d'ailleurs, c'est ce que nous devrions faire chaque fois que nous voyons un patient pour un certificat - ce que la plupart de nous ne faisons jamais parce qu'on en profite pour faire de la prévention - et c'est ce qu'il faut absolument faire lorsqu'on voit un patient qui vient pour un certificat de coups et blessures (à moins que dans la même consultation on soigne ses blessures, mais en pratique c'est rare). Tu pourrais également faire un DE lors de la prochaine consultation : "l'exigence exceptionnelle" est tout à fait admise tant qu'elle reste exceptionnelle, et en l'occurrence tu es en droit de considérer que le fait que le patient veuille que tu restes 20 minutes à l'attendre sans voir personne est une exigence de sa part !
Mais de toutes façons, comme je l'écrivais, dans mon expérience une fois que tu as expliqué cette règle du jeu au patient, il est très rare qu'il récidive

armance 11/11/2013 12:11

... qui va être considéré comme un dépassement, non?
Ai-je le droit de facturer un acte pour une consultation qui n'a pas eu lieu?

bluerhap 11/11/2013 12:03

Juste pour info : le secteur 1 n'empêche pas du tout la sanction financière. Il suffit, si tu veux être tout à fait dans les règles, de faire une FS "Hors Assurance Maladie".

armance 11/11/2013 10:30

J'applique déjà la première partie de ce traitement, mon installation en secteur 1 m'empêchant d'appliquer la sanction financière.

La mise sur le tapis du thème du lapin lors de la consultation suivante tient effectivement à l'écart certains rongeurs.

Ultima 11/11/2013 01:25

Renversant.
A-t-on mis en évidence un lien autre qu'aléatoire, statistique ou causal avec le défunt test dit "de la lapine" ?

armance 11/11/2013 10:27

Pas pour le moment, je n'ai trouvé aucune biblio sur ce thème.
Voilà un sujet intéressant pour une thèse.
Soufflons l'idée à nos internes...

Marietoune 10/11/2013 23:32

"Sans connaître le lien biologique, il semble que le lapin, à l'instar de la laitance dans les huîtres, soit rare les mois en R, abondant les mois sans R." Je ne m'en remets pas.

armance 10/11/2013 23:34

Moi non plus!

@DrLaeti 10/11/2013 23:08

Chère consoeur, J'ai personnellement fait des statistiques nasovisuelles qui aboutissent aux mêmes conclusions.
Cet animal est effectivement plus présent en cas de longue négociation ou d'insistance particulière (en terme de délai, comme de choix de l'horaire le plus adapté au planning très serré du-dit animal). Son temps étant visiblement plus précieux que le mien, j'en viens à penser que cette caractéristique fait partie, justement, de son phénotype, et qu'à ce titre il pourrait à force d'expérience se reconnaitre préalablement.
Il est également plus visible, non seulement les mois sans R, mais également, ponctuellement, les jours de grand beau temps, surtout inattendu. Et encore plus le samedi. Et encore encore plus le samedi après-midi, où il est très très mal vécu de le rencontrer.
De la même façon que vous, chère consoeur, je le vois réparti sans distinction selon la catégorie d'âge, ou le type de règlement (TP ou pas). J'ajouterai à la suite de la lecture de votre témoignage qu'il est donc, aussi, indépendant de son habitat usuel ou du climat sous lequel il évolue.
J'ajouterai à cette analyse, le caractère plus désagréable de sa rencontre selon quelques critères subjectifs mais néanmoins reproductibles: l'heure (précoce ou tardive, le samedi, les "heures de pointe" très demandées), sa répétition (même lapin à plusieurs occasions, "doublette" du lapin croisé le matin récidivant l'après-midi même), sa taille (lapin en famille, 2 3 voire 4 specimens), mon humeur du jour (oui, j'avoue) qui s'en trouve par là même aggravée.
Parfois on croit le voir, mais ce n'est que son ombre: le retard conséquent. Tout aussi, si ce n'est plus, désagréable. Une espèce cousine sans doute. Et qui répond d'ailleurs aux mêmes critères de reconnaissance phénotypique.
J'ai eu grand plaisir à partager nos expertises similaires, chère conseur. J'en suis rassurée autant que dépitée.
Bien cordialement

@DrLaeti 10/11/2013 23:51

hihi

armance 10/11/2013 23:13

A nous deux, nous possédons suffisamment d'éléments statistiques pour effectuer une méta-analyse fiable.
Publions!

docteur Vincent 10/11/2013 23:01

J'aime ce post

armance 10/11/2013 23:05

Merci.