armance.overblog.com

Armance, femme, médecin (et mère) de famille

Les petits sachets de poudre.

com

Je n'ai jamais eu à faire avec un ou plusieurs éléphants dans mon cabinet.

Et j'en suis très heureuse.

Imaginez ce qu'aurait pu devenir l'entrée, le bureau de la secrétaire, la salle d'attente et surtout mon bureau après le passage d'un ou plusieurs pachydermes. Ces lieux ne sont pas faits pour ça, et j'ai probablement l'immense chance d'avoir échappé jusqu'ici à ce désastre. Il n'est jamais arrivé, mais, tout bien réfléchi, il pourrait bien arriver.

La probabilité pour que cet événement survienne est mince, je vous l'accorde, mais elle existe. Imaginez qu'un cirque en perde un ou deux, ou qu'ils remontent d'Afrique à cause du réchauffement climatique! Un ou deux éléphants qui passent, décident d'entrer, et le tour est joué. Mon cabinet est foutu.

Et je peux toujours aller pleurer auprès des assurances. Je ne suis pas assurée contre les invasions d'éléphants. Même ça, l'assureur ne veut pas le garantir.

En fait, je le sais, mais je vis dans l'imprudence, avec cette épée de Damoclès au dessus de ma tête, prête à tomber à tout moment: je n'ai rien pour me prémunir contre les invasions d'éléphants. Je le sais, et je ne fais rien.

C'est exactement la même histoire que pour Georgette, quand elle a vu le spécialiste.

Elle avait eu un peu la sensation d'être saoule sans avoir bu (quel dommage!) pendant quelques secondes. Tout était rentré dans l'ordre tout de suite, mais elle était inquiète et voulait savoir ce qu'elle avait.

Elle est allée voir son docteur traitant.

Il est gentil, son docteur traitant, mais il est un peu Docteur TantMieux:

- Les analyses sont normales? Cette sensation bizarre a disparu? Tant mieux! Tout va bien! Ne vous bilez pas, je ne sais pas ce que vous avez, mais ce qui est sûr, c'est que c'est pas grave! Ca fait vingt-trois euros.

Alors comme elle voulait absolument savoir ce qu'elle avait VRAIMENT, elle est allée voir un Docteur TantPis.

- Les analyses sont normales? Cette sensation bizarre a disparu? Ah ben mince, alors! Je ne vois vraiment pas ce qui a pu se passer. Allons voir un spécialiste, on ne sait jamais. Ca fait vingt-trois euros, et vous viendrez me voir après pour qu'on fasse le point.

Le Docteur TantPis lui a indiqué un spécialiste TantPis extrait tout droit de son carnet d'adresses. Le spécialiste TantPis l'a examinée, lui a fait faire des examens qui sont revenus tous normaux. Du coup, il était très embêté, parce qu'il n'avait rien de nouveau à lui dire, et elle, elle avait tellement peur qu'elle insistait:

- Quand même, c'est pas normal, Docteur, je ne peux pas rester comme ça, IL FAUT FAIRE QUELQUE CHOSE! Rendez-vous compte, si jamais ça se transformait en vertiges! Je pourrais tomber et me casser quelque chose. Et j'habite seule!

Le spécialiste TantPis n'ayant pas pas grand chose à lui dire avec honnêteté, et, il faut l'avouer, un peu contaminé par l'angoisse de sa patiente, a décidé de rester dans le désir de sa patiente, et de faire quelque chose.

- Je vais vous prescrire un médicament contre les vertiges.

Georgette sort de la consultation un peu rassurée, court à la pharmacie, et commence à sentir un apaisement lorsqu'elle voit la préparatrice garnir un sachet de papier d'une boîte de comprimés, le fameux médicament qui la protégera dorénavant de tout risque de vertige.

Arrivée chez elle, elle ouvre la boîte, contemple le blister et les comprimés qu'il renferme, et surtout, elle extrait la notice pliée en accordéon. Elle la déplie et commence à la lire:

- INDICATION: vertiges idiopathiques.

Elle sent une bouffée de bonheur l'envahir. Enfin elle l'a, son diagnostic, enfin, elle peut raconter à son entourage ce qui lui arrive, et enfin, elle est protégée par un remède, un vrai. Elle ne connait pas la signification du mot "idiopathique", mais peu lui importe: c'est un mot médical, c'est du sérieux.

Comme promis, elle s'en retourne voir le Docteur TantPis à la fin de son traitement, pour faire le point, comme il avait prévu.

- Vous avez eu des vertiges, de nouveau?

- Non!

- Bon, ben c'est que le traitement fonctionne bien, on va le continuer.

Et régulièrement, elle va bien, elle retourne voir le Docteur TantPis pour renouveler son traitement. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles!

Jusqu'au jour où elle a besoin de renouveler son ordonnance alors que le docteur TantPis est en vacances, cet ingrat. Avec tous les sous qu'on lui donne, il finit par partir et abandonner ses patients, lui qui a déjà changé de voiture l'an passé!

Elle revient par la force des choses à ses premiers amours, le Docteur TantMieux. S'il n'y avait pas eu ce "problème de vertiges", elle l'aurait bien gardé, le docteur TantMieux. C'est vrai qu'il est tranquille, aimable, avec toujours une petite phrase un peu acide un peu piquante en fin de consultation. Mais elle lui reproche de ne pas l'avoir prise au sérieux, car, finalement, il a même fallu qu'elle aille voir un spécialiste, et qu'ils la "mette sous traitement", alors que le Docteur TantMieux, lui, il disait qu'il n'y avait rien!

Il l'accueille en insistant à haute voix sur le fait qu'il est heureux de la revoir, après tout ce temps. Il n'est pas dupe, et elle est gênée. Elle cherche vaguement une excuse, et rougit quand il s'assoit en la regardant dans les yeux par-dessus ses demi-lunes. Elle lui demande de renouveler l'ordonnance, et il la regarde toujours dans les yeux:

- Vous avez des vertiges?

- Non!

- Ben on peut arrêter le traitement, alors!

- Mais je vais en avoir!

- vous avez essayé?

- Non! Si j'arrête, je sais que je vais en avoir.

- Comment pouvez-vous le savoir, si vous n'avez jamais essayé?

- Mais c'est le spécialiste, il m'a dit que c'était pour l'oxygénation du cerveau et que ça arrêtait les vertiges.

Le Docteur TantMieux sent qu'il se heurte à un mur et qu'une consultation ne sera pas suffisante pour faire adhérer Georgette à sa chapelle. En médecine comme ailleurs, tout est affaire de négociation. Il propose un marché à sa patiente: il fait l'ordonnance, elle arrête le médicament, et elle ne le reprend que si des vertiges apparaissent.

Le Docteur TantMieux et le Docteur TantPis on ceci de commun avec moi qu'ils n'ont pas eu non plus d'invasion d'éléphant dans leur cabinet.

Le Docteur TantMieux, je le connais bien, il est comme moi, il se dit que tant qu'on ne les a pas vus, autant s'occuper du reste.

Le Docteur TantPis, lui, je sais qu'il a disposé en bas de tous les murs de son cabinet des petits sachets de poudre anti-éléphant: c'est une substance très puissante qui éloigne les éléphants. Certains disent qu'elle est inefficace, mais il faut reconnaître qu'on n'en a jamais vu un seul dans le cabinet du Docteur TantPis.

Print
Repost

Commenter cet article

cha-lou 22/10/2013 21:45

j'avais besoin d'un certificat pour mon éléphant mais en ce moment il ne peut pas se déplacer .Il suffira de suivre la ligne tél.on t'attendra devant le passe-lisse ,si la rivière ne déborde pas! Mais on est patient... il est seulement un peu dur de la feuille ...normal pour un éléphant.
allez Armance ,un petit coup de trompe et ça repart.

nyafox 16/10/2013 15:46

Très belle analogie.
Avant j'avais tendance à plutôt avoir confiance dans les "TantPis". Une envie de tout expliquer sans doute. Et puis en vieillissant j'ai changé de bord. Ma doc est plutôt une "Dr TantMieux". Et ça me va bien comme ça :)

(et puis ça m'a rappelé l'histoire du gars qui plante des presses purée dans son jardin pour faire fuir les girafes, et maintenant je souris bêtement toute seule devant mon pc ^^)

anne66 16/10/2013 18:54

merci pour cette superbe histoire, si joliment écrite.

Medgebreizh 15/10/2013 23:22

On peut vivre très bien sans avoir lu ton blog ....mais une fois qu'on l'a lu , on se sent mieux , vraiment . Bravo !!!!

mg2brousse 15/10/2013 23:21

Très jolie histoire, merci pour ces belles images qui ne me quitteront plus : éléphants, poudre, sachets....

@ICH8412 15/10/2013 22:57

Les mots me manquent pour te dire combien ce billet est bon, excellent, si juste. Bravo